15.07.19

24 Heures made in Breizh

Avec mon frère, nous attendions cette nouvelle session avec impatience. Comme à chaque sortie nous préparons celle-ci de notre mieux. Cuisson des appâts (tiger, chenevis), organisation du matériel, gestion de la nourriture et du confort. Nos sorties sont principalement des 24 h ou 48 h, ou des pêches rapides (type afterwork) pour des raisons professionnelles et familiales.

Nous avons choisi de pêcher sur un étang public en Bretagne de 150 hectares, nous affectionnons cet étang par la beauté du site et aussi par le niveau de difficulté de pêche qui s’est accentué depuis quelques années quand ROD HUTCHINSON pêchait régulièrement celui-ci en été.

Vendredi 22 juin 2019, la météo nous semble plutôt correcte, il n’y a pas eu d’écart de températures sur ces derniers jours et la fraie est finie. Nous prenons la route dans l’après-midi en direction du plan d’eau en espérant que le poste serait disponible nous n’avions pas amorcé le poste au préalable.

Les pêches précédentes sur ce poste dans la vase, nous avaient rien rapporté sur ce type de fond (trop de vase nauséabonde et profondeur importante plus de 5 mètres d’eau), le reste de l’étang comporte majoritairement des fonds sablonneux.
En sondant plus précisément, nous avons décidé de pêcher sur un petit plateau avec un fond dur jonché de cailloux dans une profondeur de 2 mètres d’eau avec deux cannes montées en blowback rig. eschées avec un faux mais et une banoffee en 20 mm.
Un montage sur lequel nous avons une confiance totale au vu du nombre de poissons que nous avons pris avec dans tout types d’eau (rivière, étang public, privé…). Nous amorçons ce plateau avec des tiger, mais, chènevis, banoffee en 15 et 20 mm, pellet mix mainline. Un choix qui peut s’avérer risqué avec les multiples particules qui peuvent rendre la présence de brèmes omniprésentes mais payant quand elles ne sont pas sur le secteur.

Pour ne pas mettre tous les œufs dans le même panier. Nous avons également mis une canne en bordure à nos pieds, à 20 mètres du bord, celle-ci est montée en blowback rig eschée en double tiger, pour l’eschage des tigers nous mettons une tigerdense « normale » et une tiger que nous perforons dans toute son épaisseur à l’aide d’un foret et nous y insérons un morceau de liège un « cork sticks »

21h : premier départ, le poisson se ramène rapidement une commune de 3 kilos prise sur le plateau de cailloux, puis une bonne partie de la nuit se passe sans aucune activité. Jusqu'à 4h du matin un run, cette fois-ci c’est la canne à nos pieds, celle qui est eschée avec les tigers, nous épuisons une commune de 9kg.

Le jour se lève, nous savons que nôtre pêche se joue ici, les poissons ont pour habitude de passer sur ce plateau à la lever du jour, il est 7 heures du matin , un run timide nous sors de notre biwy, nous prenons le contact et nous savons qu’a la prise de contact que nous avons un beau poisson à épuiser, le combat est lent, le poisson joue avec son poids, il fini par rentré dans l’épuisette « in the net », au vu de la morphologie , on se dit WHAOU c’est top. Le peson ce bloque sur 20 kg. A peine remis de nos émotions, nous enregistrons un deuxième départ dans les mêmes conditions, le poisson est tout aussi lourd avec une morphologie différente plus combattante et plus longue, une fois dans l’épuisette que nous venons de réaliser un doublé de gros poissons, verdict du peson,20 kilos aussi. nous sommes aux anges avec ce doublé.

Les températures remontent, il fait chaud et il y aussi beaucoup d’activité nautique (baignade, planche à voile). Nous décidons de plier dans l’après-midi car en journée, il est difficile de toucher du poisson sur ce secteur. La banoffee a fait le job, sans amorçage préalable, elle a su se montrer instantanée. Nous partons de l’étang avec le sentiment d’avoir réussi notre pêche.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE