13.08.18

Amour...

L'été est synonyme de fortes chaleurs et de farniente. Les poissons adoptent souvent la même posture: positionnement en surface, peu de mouvement, ou ils se mettent à l'ombre sous les arbres, comme nous au final... Il est alors très difficile de réaliser de belles pêches, car ils se nourrissent peu.
Cependant, l'un d'entre eux reste très actif l'été, c'est l'amour blanc. Véritable requin d'eau douce, il est capable de dévorer des quantités d'herbiers impressionnantes et reste très actif, même au plus chaud de la journée. Il est souvent oublié, voir décrier mais croiser le fer avec un de ces monstres (car ils peuvent devenir vraiment très gros) est une sensation exceptionnelle.

Les étangs se voient envahis d’herbe. La zone de confort pour ces poissons se situe entre 50 cm sous la surface et à fleur d'eau. Véritable chasseur d'herbier, l'amour blanc ne pense qu'à se nourrir. L'approche consiste donc à amorcer de fines particules en grosses quantités, ou alors de les leurrer. La seconde option reste prioritaire si on ne veut pas se ruiner et pêcheur un laps de temps réduit.
C'est là que la pêche de surface prend réellement tout son sens. Elle permet d'allier efficacité, itinérance et pas besoin de montage sophistiqué pour être rapide.

Les Interceptor float permettent de propulser une esche de surface à des distances variées.

Un gros amour blanc capturé en surface grâce à un interceptor float.

L'amour blanc est un poisson extrêmement puissant. A la touche, si vous avez la chance de leurrer un véritable combattant, les rushs sont d'une exceptionnelle violence. Les sensations sont alors hors normes, car il ne jouera pas la défense sur son poids, comme la carpe, mais sur sa force. Piquer un sujet d'une quinzaine de kilos vous donnera un combat d'une rare intensité, et qui plus est en surface ou la touche est souvent rapide et brutale.

Pour se faire, j’utilise souvent un Interceptor float Korda, que l’on trouve en différents grammages. On peut donc varier les distances de lancer et être relativement discret.

Pour tenter sa chance encore plus loin, c'est légèrement plus compliqué. Avouez qu'un gros bout de pain n'est pas trop aérodynamique. La seule solution est d'utiliser un leste classique, un clip plomb, un émerillon et un anti-angle pour éviter l’emmêlement, un grand bas de ligne en nylon 40 centièmes minimum et un hameçon large comme le krank X, c'est tout.


Quoique dynamique, cette pratique requiert dextérité et patience. Voir des poissons actifs, se nourrir et approcher des dizaines de fois votre piège, tourner autour sans se faire prendre est parfois frustrant. Dans ce cas, la patience est de mise. Attention à la touche, il faut être réactif mais ne pas ferrer hâtivement. Généralement, un poisson isolé prendra votre leurre de surface doucement, attendez dans ce cas qu'il parte en engamant.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE