07.09.16

Carp Gypsies #4 - Rencontre

Il faisait nuit depuis longtemps quand les filles sont parties se coucher. Mais la joie de se retrouver était énorme pour nous. Gilles et moi avons parlé sans arrêt, près des cannes et avec plein d’esprit de la pêche. Un moment une pensée s’est imposée à moi. J’ai arrêté tout de suite la conversation. Là, directement devant nous, j’ai senti des cailloux sous mes pieds quand je mettais baigné. Quand j’avais posé les cannes, par contre, j’avais seulement senti de la vase, du sable et de l’argile. Surtout la canne à huit mètres, dans la vase, n’avait pas lieu d’être, pas maintenant en plein été. Pas dans ce grand lac où la grande majorité de structure est près du bord. Par contre, le petit spot directement devant nous, où il y a beaucoup d’écrevisses, là ca c’est pêche, même s’il était en plein milieu des autres lignes. Trop vite et hectique j’ai partagé mes pensées avec Gilles qui était pas mal surpris quand j’ai amené ma canne de huit mètres à une heure de la nuit. Je lui ai donné ma catapulte et le seau avec les noix tigrées et lancé la canne avec une noix et un grain de mais plastique dans les vagues devant nous. Le plomb tombe avec un < tock > dans les cailloux. C’était trop près pour la catapulte et Gilles a juste lancé l’amorcage. L’intuition que j’ai suivi avec cette canne a donné tout de suite de la confiance; vraiment plus confiance qu’avec les trois autres cannes. Pire, les lignes des autres cannes ont seulement perturbé la canne près du bord. Alors nous avons relâché un peu de pression des lignes et j’ai rappelé Gilles que la première touche c’était pour lui (il n’avait pas pêché depuis des mois et était ici juste pour une courte visite de deux nuits pendant ses vacances avec sa copine Marie). Je lui ai donné mon Delkim receiveur et nous nous sommes couchés avec la confiance de ce moment magique.

Curieux cette carpe sans son oeil gauche !

J’ai ouvert mes yeux à l’aube. Dommage – pas une touche. Je me suis tourné encore une fois dans le sac couchage mais un moment après le Delkim signale un lent départ. C’était la canne que j’avais lancé dans la nuit ! Pieds nu j’ai couru vers la canne. J’ai pris le contact mais je n’ai pas vraiment senti le poisson bouger. Gilles est venu. « Une chevesne je pense » dis-je en donnant la canne à Gilles. Tout de même nous sommes montés dans le bateau et étaient en quelques instants au-dessus du poisson. « Une tanche peut-être », Gilles a pensé. Mais exactement dans ce moment le poisson a tiré la pointe de la canne sous l’eau. La danse a commencé. Et bien sûr la carpe a nagé dans une des autres lignes mais heureusement a retourné un court instant après. J’ai vu un reflet du poisson : « une petite commune ». Mais quand le poisson a montré son corps à la surface nous étions pas mal surpris : une grosse miroir ! Avec le poisson dans l’épuisette Gilles a demandé : « Qu’est-ce que tu penses, combien kilo il fait ? ». « Un peu dessous 20 kg mais c’est mieux que nous ne le pesons pas. Il est grand mais pas lourd avec son corps d’été « . De retour au bord : « Mais il est gigantesque ! Vaudrait mieux que nous le pesions! ». Encore une surprise quand la balance a montré 22.2 kg pour cette chevesne, tanche, petite commune euh borgne méga-miroir ! Boummm ! Quand l’intuition se transforme en poisson de rêve !

Nous avons photographié ce superbe poisson sous la chaude bruine. Est-ce je capturerai aussi un tel poisson dans le future proche ? Une bonne question, le grand lac de barrage contient seulement très peu des grosses carpes. Nous avons eu énormément de chance d’attraper une carpe comme ca dans la première nuit dans un nouveau lac pour nous. En effet, la prochaine nuit était sans actions et Gilles et Marie sont déjà partis direction la Bretagne. Mais dans la troisième nuit c’était moi qui a pris un cadeau du lac, encore une fois avec la canne près du bord. C’était un autre poisson de rêve. Immaculé et long : aussi ce poisson ne pourrait pas résister aux noix tigrées acidulées de la fermentation. Facile à comprendre – vraiment rafraîchissante une « bière de noix tigrées » après un bon repas d’écrevisses dans l’eau basse et chaude.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE