14.02.17

Carpes d'automne 1/2

S’il y a bien une saison que beaucoup affectionnent, c’est bien l’automne. La nature y est splendide, les couleurs en sont tout autant et généralement les poissons se retrouvent contraints à s’alimenter en conséquence.
Cette période cette année est un peu particulière pour moi, les remises en questions restent perpétuelles face à des résultats plutôt moroses ces derniers temps. Qu’à cela ne tienne, le rendez vous est prit sur une gravière de l’est de la France, où le froid domine mais dans laquelle la possibilité de capturer de jolis poissons est bien réel.

Cependant, la pêche de nuit y est interdite, et comme bien souvent à cette période de l’année, l’activité alimentaire des poissons se déroule la nuit, les carpes profitant du moindre soupçon de chaleur en journée…
La stratégie adoptée est donc de forcer les poissons à s’alimenter et de provoquer une concurrence alimentaire rapide, afin de créer une zone attractive et nutritive. Un amorçage conséquent composé de bouillettes de différents diamètres, coupées et broyées associées à un duo chenevis/tiger le tout boosté à souhait sera déversé sur une jolie zone composée de gravier et tâches sablonneuses…

Question montage, j’ai opté pour une valeur sûre : IQ D-rig. Ce montage permet de pêcher proprement à la bouillette grâce à l’exceptionnelle agressivité de l’hameçon (les fameux Krank X) associée à une rigidité certaine due aux matériaux employés ce qui permet d’appuyer ses lancers sans risque d’emmêlement… le top non ? J’utilise surtout cette approche sur des amorçages composés d’appâts de taille conséquente, tout comme l’esche utilisée.

Utiliser un matériau rigide comme le fluorocarbonne IQ en 25 lbs augmente l’agressivité du montage et minimise le risque d’emmêlement au lancer.

Anticiper et préparer ses montage est une arme redoutable pour éviter toute déconvenue.

A mon arrivée, quelques signes d’activité m’encouragent à entamer mon approche et par conséquent mon amorçage. Un brouillard matinal persistant complique la tâche, d’où l’avantage de bien repérer ses distances de pêche en amont, afin d’éviter certaines contraintes qui peuvent saboter vos plans. Les montages sont déposés de façon chirurgicale, accompagnés d’un petit stick histoire d’intensifier le piège, pas de place à l’approximation en cette période.
La journée se passe sans encombre et la prise que quelques indésirables me conforte dans l’approche. Souvent, capturer ce genre de poisson est un signe d’activité qui peut déclencher une réaction chez les carpes, d’où l’emploi de graines.

Durant deux jours, j’ai réussi à entendre plusieurs fois mes delkims chanter, mais à des heures bien définies, soit très tôt ou une heure avant le coucher du soleil. Cependant, les couleurs des poissons sont tout simplement d’une rare intensité et c’est un réel plaisir d’être au milieu d’une nature éblouissante. L’activité est donc bien nocturne, c’est frustrant de devoir ranger les armes le soir, mais la règlementation est ainsi faite, on la respecte. Les deux premiers jours me réconfortent donc dans mon approche, mais un changement radical de temps arrivent, fini la grisaille et le vent d’automne, place au soleil… Quelles en seront les conséquences ?

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE