22.03.17

Carpes d'automne 2/2

Un changement radical de temps arrive, fini la grisaille et le vent d’automne, place au soleil… Quelles en seront les conséquences ?
Tels était la fin du premier récit conclu par deux superbes prises d’automne.
Ces dernières années, le temps est devenu complètement instable. Les variations de température en 24 H ont battu tous les records, et c’est bien ce qui m’est arrivé il y a quelque temps.

Alors que les poissons étaient difficilement mordeurs, malgré un temps propice et de saison, j’ai arrêté ma seconde journée en pensant que ma session allait encore mieux se dérouler… en programme du lendemain: peu voir pas de vent, du soleil en milieu de journée, quoi de mieux pour motiver ces poissons peu enclin à se nourrir.

Arrivé au lever du jour, je commence à avoir l’habitude depuis quelques jours, je glisse directement dans mes filets une jolie miroir leurrée grâce à une petite pop-up colorée.

Le soleil pointe le bout de son nez, dissipant peu à peu ce brouillard matinal. Dans ce cas, marquer ces distances est bien efficace, que ce soit pour amorcer ou tendre ses pièges avec précision même devant un linceul épais.

Lorsque les poissons se manifestent en surface, pêcher au zig peut déclencher la touche tant espérée.

Le « souper mix », idéal pour effectuer des amorçages de zone sur différentes couches d’eau.

Je remarque au bout de quelques heures des manifestations de poissons, assez discrètes, mais bien ciblées sur une zone relativement large… Le confort thermique doit y être adéquat avec ce soleil, un rien suffit pour modifier le comportement des carpes. Je délaisse ma zone amorcée pour tenter de séduire un poisson. Un mélange « souper » accompagné de quelques graines et bouillettes réduites en farine sera amorcé, et je pêcherai au ZIG sur différentes profondeurs.

Les carpes sont bien présentent, mais aucune ne se fait leurrer. La fin de la journée approche, les manifestations deviennent moins intenses mais quelques signes alimentaires cette fois se voient clairement sur la zone. Ni une ni deux, un montage type chod-rig accompagné d’une pop-up blanche comme l’amorçage rejoindra ce petit plateau accompagné un stick boosté afin de tenter une de ces dames rapidement avant la tombée de la nuit.

45 minutes plus tard, une touche relativement violente se produit sur ma tête chercheuse et un combat titanesque s’engage alors.
J’aurai la chance de glisser dans mes filets une miroir toute en longueur, un sacré spécimen.
La séance photo achève ce moment unique et le froid polaire s’installe en ce début de soirée.

C’est aussi ça, la pêche. Avoir la chance d’âtre la au bon endroit, au bon moment et ne pas hésiter à saisir les opportunités. C’est heureux comme un gosse que je rentre de cette journée riche en émotion avec le sentiment du devoir accompli. C’est parfois simple, mais ce n’est pas toujours le cas, fort heureusement… 

Le froid s’installe, après un coucher de soleil magnifique pour clore cette journée ensoleillée.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE