25.03.19

C'est ça la pêche !

Nous sommes mi août, et j'ai le droit a une semaine de congé. Un événement très spécial pour moi est prévu au milieu de cette semaine, alors il fallait qu'elle le soit du début jusqu'à la fin.

En attendant, je décide de partir quelques nuits sur un plan d'eau qui m'est cher, l'un des seuls qui me procure encore les sensations recherchées dans cette passion, à savoir un mal de ventre et des jambes qui tremble a chaque combat ! Et qu'est que c'est bon ! Après trois bonnes heures de route, j'arrive sur mon poste milieu de matinée ou je commence par m’asseoir au bord de l'eau pour observer. Rapidement quelques sauts enchaînés vont m'aiguiller sur une bonne base de départ. Je décide donc de sortir ma canne marker et sonde dans ces directions. D'un coté, un large plateau de cailloux ou j'y placerait 2 cannes vu sa taille, et de l'autre, une petite tache de glaise bien dur pour la 3ème

Je dépose chacune des cannes avec un amorçage conséquent, un mélange de bouillettes et de tiger nuts sur chacune. Chaque canne est monté avec le système COG ( center of gravity ) et un Iq-Drig, un ensemble que j'affectionne énormément au vu de mes résultats et des piqûres parfaites !

Comme à mon habitude je suis debout aux premières lueurs du jour, et toujours pas une touche d'enregistrée, mais mes spots abondent de signes d'activités, les touches ne devraient plus se faire attendre. Je n'ai pas eu le temps de chauffer l'eau de ma kettle que je me retrouve rapidement débordé, trois beaux poissons posent devant l'objectif avec une moyenne très élevée. L'approche est bonne et payante ! Mon poste ne ressemble plus à grand chose, toutes mes affaires traînent mais peu importe ! Qui plus est, des combats acharnés et trois sublime poissons. Ici, la surprise est totale et à chaque bip de mon delkim je retrouve les sensations de mes débuts, quel pied !
Toutes ces émotions passées, je replace mes lignes, mais ici les touches de journée se font très rare, quasiment inexistante.

La journée passée, je replace mes cannes pour la nuit suivante, deux d'entre elles sont esché d'une wafter et la troisième, d'une simple bouillette en 20mm. Même amorçage, même approche, je me couche plein d'espoir. Debout à l'aube, comme la veille, pas de touches, mais ça saute, marsouine et bouillons remontent, ce n'est qu'une question de temps ! Même si prétentieusement je m'attendais aux touches, je ne pouvais pas espérer autant que ce qui allait se passer. La première canne démarre et la débute un combat qui fera partie de mes inoubliables ! Le poissons arrivent au bord, une autre canne se met a biper, '' ai-je pris le fil ? '' non, elle démarre ! Alors que j'ai une véritable guerrière au bout de ma ligne qui ne se laisse pas faire, mon autre bobine se vide sans arrêt. C'est seulement 10 bonnes minutes plus tard après avoir mis la dernière prise en sécurité que je prend contact, mais après tout ce temps le poisson s’était réfugier dans des arbres immergés situé sur le poste à coté, et fini malheureusement par lâcher. On ne gagne pas à chaque fois. Les poissons sont bel et bien là, je replace mes deux cannes sans perdre de temps. Place à la photo, une superbe commune qui affiche 22kg à la pesée, une vraie combattante qui n'a pas déméritée ! Tout juste remise à l'eau, les mains encore mouillées qu'une une nouvelle touche se présente ! Encore une fois un long affrontement débute, lourd et lent sur lesquels je n'arrive pas à prendre le dessus, le poisson sonde le fond et ce n'est vraiment que dans les dernières secondes avant qu'elle finisse dans le triangle magique, que j'ai aperçu une miroir massive, probablement un vieux poisson, mais qui tire l’aiguille de mon RH jusqu'à 21,5 kg pour mon plus grand plaisir !

Voilà comment passer au cours du mois d'août, une meilleure semaine que au bord d'une plage, il n'y a que la pêche pour faire ça !

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE