03.07.17

Comme un début d’été…

Je vais vous parler de ma dernière session qui a été un moment très particulier pour moi. Le temps du mois de Mai n’était pas très favorable à la pêche. Maintenant que tout semble stabilisé, je peux prévoir des pêches sans forcément craindre de me prendre un orage en pleine nuit. Pendant la semaine qui précède ma pêche, je regarde tous les jours la météo et le débit de la rivière dans laquelle je vais pêcher. Je m’intéresse aussi depuis peu au calendrier lunaire car j’aime tester différentes situations climatiques et celle-là m’interpelle particulièrement, aussi bien par son influence sur la nature que par l’ambiance qui règne les soirs de pleine lune. On dit qu’en fonction des phases lunaires, le comportement alimentaire de la carpe sera différent. C’est ce que je veux tester pendant quelques sessions.

J’ai pour habitude d’amorcer un bief de rivière tout le long de la semaine en vue d’une pêche réussie. Cette fois-là, pas d’amorçage du tout. Ce sera la surprise. Finissant le travail à 16h00, j’arrive à 20h00 sur les lieux. Il fait très chaud, lourd. De gros cumulonimbus tapissent le ciel mais rien de menaçant pour l’instant. La météo avait prévu quelques orages et millimètres de pluie en début de soirée et bien-sûr la pleine lune. Le courant est quasi-nul mais le niveau d’eau a beaucoup baissé suite aux jours successifs de forte chaleur, des algues ont poussé en bordure et des boules de pollen se sont déposées à la surface de l’eau. Mis à part tous cela il n’y a pas d’obstacle particulier. Ah Si ! Un nid de guêpe de terre a élu domicile à l’endroit où j’avais l’habitude de poser une canne… L’une d’elle n’a pas manqué de me le faire savoir !!! La douleur de la piqure passée, je prépare mes cannes. J’en esche deux à la bouillette de 24 mm coupée et muni d’une pop-up et deux à la noix tigrée. Comme la bordure est jonchée de pierre coupante et de crustacée d’eau douce, le risque de bas de ligne coupé lors d’un combat reste important.

Une pleine lune très lumineuse.

Une miroir typique des rivières : une bouche dure et une queue puissante.

J’utilise alors la tresse gainée Semi-stiff N-Trap en 30 lb qui accompagne mes pêches depuis toujours. Je la dégaine sur une longueur de 10 cm maximum et j’empale un mini plomb de 2 grammes. J’aime bien cette présentation. En rivière je fais des bas de ligne assez long (de 30 à 40 cm). J’accompagne la fin du bas de ligne d’un hameçon suffisamment robuste et légèrement recourbé pour affronter la puissance des carpes de rivière, sachant qu’une petite de 10 kg vous met facilement plus en difficulté qu’une 20 kg. Je muni mon Lead Core de plomb grip de 140 grammes. J’esche mes cannes et après un sondage minutieux je pose chaque canne à 3-4 mètre de la bordure. Il est 21h00.

Après 1h30 d’attente, la nuit commence à tomber. Le ciel est toujours chargé et il n’y a pas de vent. Toujours pas de lune non plus. Je décide de monter mon abri, me restaure et me couche. Vers minuit, toujours pas de touche, je me dis que cette session ne va pas être un exploit. Cependant je suis réveillée par la lueur impressionnante de la lune, une des rares fois où je la vois briller comme ça. Je n’ai pratiquement pas besoin de ma lampe frontale tellement la lumière est vive. J’en profite pour réaliser quelques clichés de cette ambiance si particulière. Ensuite je retourne dormir.

Enfin à 02h00, j’entends mon détecteur sonner à fond les bielles ! De là s’en suit un bon combat. Eclairée par la lueur de la lune, je sens le scion de la canne plier avec les coups de tête du poisson. Dès que je le ramène un peu plus du bord, il me prend à nouveau quelques mètres de fil. Puisque le niveau de l’eau est assez bas et de peur de blesser le poisson en le ramenant un peu plus au bord, je décide d’enlever mes chaussures et d’aller accueillir cette carpe les pieds dans l’eau. De loin je pensais que c’était une petite mais en la mettant dans l’épuisette je vois que c’est une magnifique carpe, presque cuir, qui a mordu à l’hameçon. Une tête énorme et une bouche digne d’une carpe de rivière. Super contente et fière de cette prise, ce beau mâle aura droit à son portrait le lendemain matin. Puis il partit tranquillement rejoindre les profondeurs de la rivière. Cette session fut particulière pour moi car je l’ai faite en totale autonomie. Une belle expérience que je ne regrette pas du tout ! Session réussie !

Une présentation que j’affectionne beaucoup.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE