19.05.13

Dans si peu d'eau

Par Romuald BAYON


Le début de saison ne nous épargne guère avec ces aléas de changement climatiques et c'est pourquoi il nous faut aller à multiples reprise pour espérer dans un bon timing faire plier les cannes. Parfois la pêche peut se faire sur quelques heures et c'est dans cet optique que je pars à nouveau au bord de l'eau pour profiter d'un brin de soleil annoncé et pourquoi pas de quelques touches. Posté dés l'aube dans une petite anse à l'abri du vent, je pêche light avec seulement deux cannes et surtout en mode "camouflage". En effet, sur ces spots la discrétion est de mise pour amadouer n'importe quels cyprinidés passant par là. Selon moi si le soleil se met à caresser l'eau, les poissons n'en seront que stimulés et donc prêt à se faufiler dans cette zone à faible profondeur. Mes deux cannes sont lancées du bord au raz de l'obstacle posté devant moi. J'utilise à ce propos du Subline en corps de ligne pour que le fil reste bien plaqué sur le fond afin de ne pas éveiller de soupçon. La suite de mon montage se compose d'un bon mètre de Dark matter pour protéger mon nylon au cas où dans l'action le poisson viendrait à se ruer sous cet amas de branches. D'un bas de ligne de forte résistance avec la Ntrap en 30 lb de couleur verte et des hameçons Kontinental taille 6 qui je le rappelle sont fort de fer pour contrer sans problème en cas de rushs puissant. Assis au 'cul' des cannes comme on dit, prêt à bondir à la plus petite montée de mon "Stow". Le jour est maintenant bien avancé, je scrute l'eau et guette le moindre signe d'activité. Depuis l'aube, le croassement des grenouilles m'accompagnement jusqu'à ce départ qui stoppera net le chant des batraciens m'annonçant mon premier mano à mano très sport pour ne pas que le poisson se dirige vers ces branches à moitié hors d'eau, hors d'air. Les cannes plient, les sensations sont décuplées à courte distance, et c'est bien là tout l'intérêt de ce type d'approche. Avant de prendre la belle en photo, je ne perds pas une minute pour relancer et exploiter au mieux ce spot durant ce laps de temps très court. Les heures défilent et rien ne se passe devant moi, le premier départ à pas mal remuer l'eau et il est toujours difficile de réitérer dans la foulée. Il me faut faire preuve de patience mais je crois que dans ce domaine nous le sommes tous et à une très grande échelle. La fin de matinée approche et la sensation d'un petit creux pour moi se fait sentir et m'amène à chercher au fond du sac de quoi me faire patienter, l'estomac un peu plus plein. A ce moment précis, la sonnerie de mon Delkim annonçant mon second départ de la journée me confirmera également que cette carpe à elle aussi un petit creux et ne résiste pas à saisir mon appât. L'enchainement est similaire au premier départ avec un combat physique qui s'achèvera dans l'épuisette. Je suis satisfait de toucher ces petits poissons qui m'offrent de bonnes sensations. Cette fin de journée printanière pour le coup, restera calme après tant de brouhaha sur une si petite zone de pêche et surtout dans si peu d'eau.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE