13.11.14

Dans un bras mort

par Alexandre Coulon

C'est l'Automne : les arbres se dénudent; les fonds, eux, se garnissent... Les berges se libèrent ; les carpes, elles, les « labourent ». On pourrait résumer ce constat par cette expression courante : « Quand le chat n'est pas là, les souris dansent »... De nombreux pêcheurs rangent les cannes, alors que cette période automnale reste souvent LA saison où toutes les perspectives sont encore envisageables. Il est l'heure de « gratter » un maximum de temps au bord de l'eau.

J'ai donc pris l'habitude, depuis quelques saisons, de privilégier cette période. Le fleuve recommence à courir généreusement, mais les températures encore douces m'invitent à rejoindre un petit bras « mort »... mais bien vivant, au vu des nombreux grouinages visibles un peu partout dans le bief.

Les indices se regroupent en plusieurs points clefs du bras : des arbres morts, les « pourtours » de petits herbiers... Le crime s’annonce ! L'arme : une jumbo équilibrée façon milky ou clockwork sur un combi bien raide à l'XT 65 ctms et Dark Matter. Du classique pour avoir une « présentation » digne de ce nom après le passage des envahisseurs... à pince.
L'amorçage en cette saison est pour ma part très « variable », je n'en mets pas trop d'un coup et attend de « voir » comment réagissent (tous) les poissons. Je remarque en passant régulièrement au dessus des spots après chaque prise que les carpes délaissent totalement les bouillettes au profit des noix. C'est le « plat du jour » que les carpes veulent, c'est ce qu'elles auront. Mais l'addition va être salée...

Liberté, solitude et silence qualifient cette saison que tout un chacun peut aborder assez facilement s'il part sur de bonnes bases. La pêche ne s'arrête jamais, et surtout pas en Automne. L'observation est en cette saison l'indicatif le plus censé que je retiendrai. Les poissons peuvent manger énormément d'un coup ou se fixer sur un appât : soyez donc « flexible », suivez régulièrement vos coups et donnez aux carpes la nourriture qu'elles demandent. Ainsi, cette saison pourra encore vous faire grappiller quelques poisons au calepin, et... c'est pas fini !

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE