18.03.14

de la théorie à la pratique

par Robert GAESSLER

Les mois de janvier et de février sont toujours des mois très particuliers pour la pêche en ce qui me concerne. Entre l’envie d’aller au bord de l’eau et de braver le froid (encore que cette année l’hiver a été aux abonnés absents) et celle de cocooner sur le canapé, le choix est parfois vite fait… et oui on vieillit ! Cette année, de plus, tous les week-ends du mois de février étaient ponctués par des salons de pêche les uns plus intéressants et conviviaux que les autres. J’en profite encore pour remercier tous les pêcheurs qui sont venus nous saluer sur les différents stands et échanger des petits mots sympas sur notre passion commune.
C’est donc début mars que ma saison proprement dite a vu son démarrage et pour ne rien vous cacher, j’avais hâte de mettre la théorie des salons en pratique…
Place au terrain donc, et comme on ne se refait pas, il me fallait entendre le doux son de mes Delkims. Pour ce faire, rien de tel que de poser ses lignes sur une petite gravière de ma région qui bien que réputée « facile » demande un peu de technique et une approche méthodique et raisonnée en ce début de saison.
Arrivé au petit matin pour une seule journée de pêche, la météo s’annonce propice avec un soleil généreux qui pointe le bout de son nez. La tactique du jour va servir de test et de baromètre quant à l’activité des poissons. Un seul mot d’ordre : efficacité ! Trois cannes sont donc mises à l’eau très rapidement, dont une sur la bordure de gauche, une en pleine eau dans 9 m de fond et l’autre sur la bordure de droite.
Une petite poignée d’amorçage très attractif composé de maïs doux, d’amorce, de quelques pellets et de bouillettes Cell coupées en deux et krushées accompagneront mes montages.
Les deux cannes en bordure seront eschées de nouveaux pellets équilibrés Korda, montés respectivement sur un KD rig et sur un D rig. Les trois esches seront boostées au Goo Pineapple et accompagnées d’un stick soluble lui aussi gorgé de goo. En revanche , je ne mets pas de goo dans l’amorce. Je trouve que ça retarde trop souvent les touches…
Très vite quelques poissons montrent des signes d’activité mais ne me permettent pas de déterminer une zone de tenue tellement leurs sauts sont aléatoires sur le plan d’eau. Ce n’est que vers 10 h 00, lorsque le soleil baigne enfin copieusement les berges que les poissons se décident à se mettre à table. J’enregistre 5 départs de 10 h 00 à 14 H 00, soit sur la canne de gauche, soit sur la canne de droite. La canne « test » dans 9 m d’eau eschée d’une bouillette « The Cell » équilibrée restera quant à elle muette pour la journée.
Je pense que les poissons ont commencé fort logiquement à chercher des zones de chaleur et que les profondeurs sont un tant soit peu délaissées pour des zones plus chaudes. Un « zig rig » aurait certainement permis de prendre quelques poissons « bonus », mais pour une première sortie, j’étais amplement satisfait de mes résultats.

Bonne saison à tous.
Salutations halieutiques

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE