06.11.14

Des efforts récompensés

Par Antoine Marchant

Après la semaine de boulot me voilà en week-end et en ce vendredi soir, une pêche est prévu avec un ami.

 Au bord de l'eau, le bateau est rapidement gonflé et chargé je commence un premier voyage avec tout mon matériel, quelques manoeuvres pour passer sous un pont et me voilà arrivé sur le poste.
Mon pote m'appelle et je repars sur la rivière pour le chercher lui et son matériel, il est déjà 20 heures quand nous arrivons. Dans une heure il fera nuit et aucune de mes cannes n’est prête à pêcher.

Je décide de pêcher avec un corps de ligne en tresse et j'en profite pour tester quelques nouveautés: tête de ligne en XT Snag Leader, leadcore Kable xt 75lb et un bas de ligne avec la nouvelle tresse gainé en 65 lb. Mes montages sont simples et solides pour contrer les poissons sauvages !
Coté appât je mise pour deux de mes cannes sur les wafters peach&cream Mainline et ma dernière ligne sera eschée avec deux tigers, finement équilibrée à l'aide d'un morceau de liège.

Mes lignes sont prêtes et il fait déjà nuit. C'est frontale sur la tête que je pars poser mes lignes : la première ira près d'un arbre immergé, au pied d'une cassure, dans 3 mètres d'eau, sur un fond dur. La deuxième ira sur un fond vaseux, près d'un arbre, dans 1m50 d'eau et ma dernière sera posé près d'un énorme arbre immergé. J'amorce assez léger chaque ligne à l'aide d'un mélange de peach&cream en 15 et 20 mn ainsi que quelques unes coupées en deux à l'aide du Kutter ! 

Mes lignes sont enfin placées mais mon pote ayant du mal à ramer, j'irai poser ses lignes également ! Nous pêchons sur le même poste mais sur deux plans d'eau différents. Le sien est très peu profond avec parfois moins d'un mètre d'eau et de la vase partout. Les cannes seront mises près d'un arbre immergé pour lui aussi. Alors que je pose sa dernière ligne, je le vois combattre sur une de mes lignes et mettre au sec une première petite commune.
Je pars retendre la ligne et comme il est déjà 22 heures il est temps d'installer le campement. Le sommeil sera de courte duré car une heure plus tard, il y a un nouveau départ qui sera suivit de deux autres durant la nuit avec de jolies carpes et quelques unes avec un belle écaillure.

Réveillés en milieu de matinée en sursaut par un avion qui passe au -dessus des arbres, nous en profitons pour prendre en photo les poissons de la nuit.

Le soleil étant au rendez-vous, j'en profite pour mettre mes lunettes polarisantes et je pars en bateau sur le plan d'eau où pêche mon pote. Il y a vraiment peu de fond et je peux voir les poissons. J'observe quelques chevesnes et brèmes et je pars dans la baie encombrée où je me pose. J'ai la chance de pouvoir observer une vingtaine de carpes. Certaines ne sont pas effrayées et passent tranquillement sous le bateau, et quelques unes labourent le fond. Quel plaisir de pouvoir voir ca !

Je rentre sur la berger avec quelques photos dans mon boitier et des images dans ma tête. Arrivé depuis peu, une de mes cannes s'emballe. Le combat est plus lourd que les autres et s'éternise : c'est une magnifique miroir bien longue avec de belles écailles. Je stresse de peur de la perdre, mais finalement, elle glisse dans l'épuisette et le peson affiche 15 kg tout rond pour ce poisson sauvage et vierge de piqure !

Le reste de la journée sera sans touche et nous remballerons en fin d'après-midi. L'accès à cette eau est difficile mais les efforts ont été récompensés !

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE