18.10.13

Enchainement inattendu !

Par Romuald BAYON


Alors que les feuilles commencent à prendre une couleur différente du vert, que certaines d'entres elles s'apprêtent à tomber, je me prépare pour une saison que j'affectionne tout particulièrement : l'Automne. Sachant que les jours diminuent à cette saison, il me tarde de profiter de parties de pêches de journée avant que celle-ci ne nous laisse de que très peu de temps pour pêcher. Le spot est tout choisi, avec un lac de ma région qui, par le passé, m'aura permis de mettre quelques poissons au sec sur un poste que j'ai longtemps fréquenté. Étant un peu solitaire dans mes pêches et fuyant les 100m de part et d'autre des secteurs de nuit sur ce lac, c'est hors secteur que tout se déroulera. Bien évidement, règlement oblige, à moins d'avoir la visite des gardes, le rangement du matériel à la nuit tombée s'impose et me contraint à bien aborder ma session pour espérer avoir quelques runs. Mais qu'importe, je suis habitué par chez moi à pratiquer ma passion de cette façon et passer le reste de la nuit dans ma voiture pour retendre le lendemain matin. Le spot en question est propice pour s'attendre à avoir quelques touches sur la journée. Celui-ci est une zone de tenue avec à cet endroit des fonds assez variées en terme de niveau d'eau, bordé de gros cailloux qui n'est pas sans déplaire à nos carpes. Certains poissons n'hésitent pas à rester propriétaire de ce lieu tellement la nourriture naturelle y est abondante et en continu sur l'année. Les variations de niveau d'eau avec des paliers ici et là apportent à la carpe tout le confort au fil des saisons avec une thermocline variant au fil du temps, facteur tellement important pour les poissons en général. Dans ce type d'approche, c'est très tôt le matin, pour ne pas dire en fin de nuit, que j'arrive sur les lieux. D'une part, pour être le premier sur le poste, mais surtout être prêt à lancer les trois cannes dés le lever du jour. Dans l'obscurité la plus totale avec un poste désert, je monte et prépare tout le nécessaire pour aborder cette première journée. Enfin prêt et en avance sur les premières lueurs du jour, j'ai le temps de me faire un bon thé à l'abri de la pluie qui tombe assez dru et ainsi écouter et voir le moindre signe d'activité. L'aube pointe le bout de son nez, ce qui me donne le feu vert pour lancer les montages et ainsi amorcer avec une dizaine de bouillettes par cannes. Dans ce cas de figure, j'adopte une pêche énergique avec des rappels à la bille régulier et des relances. Je pars du principe où ce n'est pas le poisson qui vient à moi mais bien l'inverse. La météo du jour tient toutes ces promesses avec une pluie forte et froide en continu, ce qui ne m'empêche pas de faire mouche sur un premier poisson en cette fin matinée bien arrosée. Au vu des conditions et de mon arrivée seulement du matin je n'enregistrerai qu'une autre touche. Peu importe, je suis patient et je sais que tout peut se jouer sur la journée suivante. Dans cette optique, j'amorce en bonne quantité la zone pour laisser le poisson sans pression toute la nuit, pour finir par m'endormir dans ma voiture, la tête pleine d'espoir. Comme dit le proverbe "après la pluie vient le beau temps "et c'est ce qu'il se passe dès le lendemain matin, où le soleil est au zénith. Avec le même rituel que la veille, j'entame cette seconde étape et tout est prêt, des aiguilles eschées en passant par les stop bouillettes Extenda et j'en passe. Bingo, le premier run ne se fait pas attendre. Je saisi la canne lorsque je vois la deuxième dérouler puis la troisième. A cet instant, j'ai du mal à discerner si c'est mon premier poisson qui se prend dans les fils au vu de la configuration du fond. Mais pas du tout, c'est bien trois départs qui s'enchainent. Pas de panique, je ressers les freins des deux autres cannes pour limiter la course effrénée de ces deux autres poissons. Après réflexion, la situation s'annonce compliquée quand même, tant pour les poissons que pour moi. La solution est à ma gauche, avec un jeune pêcheur qui était venu ce matin s'installer pour la journée. Signe du destin ou pas, il était inconcevable pour moi de profiter de ce moment magique en solo mais bien de l'appeler à la rescousse. C'est avec un plaisir immense que je laisse le soin à Ludovic de sortir les deux autres carpes d'un gabarit similaire.

Au final, c'est avec trois carpes miroir au tapis que débute cette journée qui s'achèvera avec d'autres runs mais où l'on retiendra surtout cet enchainement inattendu …….

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE