04.09.14

entre amitié passion et plaisir

Ecrit par Robert GAESSLER avec la collaboration de Romuald Laurent

Photos de Romuald Laurent et Bruno Médou


L’été est l’occasion de décompresser un peu et de prendre du bon temps. Quoi de mieux donc que de passer 3 ou 4 jours avec mes amis du team Korda que sont Bruno Médou et Romuald Laurent. Le RDV est devenu depuis trois ou quatre ans maintenant, un « incontournable » de l’été et comme toutes les bonnes choses, on se réjouie comme des gamins à l’idée de se rencontrer au bord de l’eau, de passer du bon temps, et, même si ceci est anecdotique, prendre du poisson.
Après avoir fait une nuit sur un plan d’eau avec Bruno, ce dernier nous quitte pour aller préparer les journées de travail à venir . Un tournage ne s’improvise pas et il y a un travail colossal d’organisation en amont …

Nous décidons avec Romuald de quitter les lieux pour aller pêcher un lac du Morvan. Cela faisait longtemps que nous en parlions et « l’occasion fait le larron ». Nous décidons de pêcher sur un secteur de jour afin de profiter en soirée pour rencontrer nos amis et déguster les spécialités locales. Si on peut faire d’une pierre deux « coups » pourquoi s’en priver.
Au petit matin, après une nuit de sommeil réparatrice, nous partons rejoindre le lac. Le chargement est « light, super light », dans la mesure où nous allons devoir rejoindre notre poste en bateau de 2,3 m !
Après 30 min de navigation (à la rame) nous arrivons sur place… il va sans dire que le spectacle du paysage est tout bonnement époustouflant. Je me dis au fond de moi que si je pouvais capturer un poisson dans ce décor, ce serait fantastique…

La stratégie est simple : N’ayant qu’une journée devant nous, il faut palier au plus rapide. Romu pêche à trois cannes (normal il joue à domicile) sur la droite, pour ma part, ce sera deux cannes sur la gauche en pleine eau. L’amorçage est light à base de billes pures afin de ne pêcher que pour un poisson à la fois et surtout d’éviter les glanes et autres blancs.
Romu, qui connait le lac comme sa poche, me dit que nous aurions probablement un ou deux départs en fin de soirée. Ça théorie, valable ou pas, suffit à me rassurer. La suite lui donnera bien tort.

En effet les températures étaient plutôt glaciales pour cette fin Août et j’étais bien optimiste d’avoir opté pour un simple short. Et oui le Morvan est impitoyable avec les touristes ! Toutefois, en début d’après midi, le soleil fit son apparition et outre le fait de nous réchauffer, ouvrit l’appétit des carpes. 5 carpes sont venues nous rassurer sur notre stratégie. Des combats épiques en bateau pour contrer les rochers et surtout combattre ces poissons sauvages et de toute beauté ont rythmé notre après- midi. Les carpes du Morvan « t’arrachent les bras » et te réchauffent le cœur par leur beauté. C’est toujours gratifiant de voir qu’un plan mis en œuvre fonctionne à merveille, voire au-delà de nos espérances. La soirée s’annonçait donc sous les meilleurs hospices. Pourtant vers 17 h , l’activité s’arrêta net et pour cause. Le lac ne cessait de baisser et le remplissage d’un côté nous apportait une entrée d’eau mesurée à 4 °C !! Autant dire que les carpes avaient déserté la zone. A la pêche on ne maîtrise vraiment pas tout. Il était temps pour nous de plier bagage !
Un dernier petit restaurant en guise d’adieu avec mon ami Romuald et il était temps pour moi de retourner en alsace. Avec une logistique plus que light, et une pêche de journée il est tout à fait possible de tirer son épingle du jeu et se faire plaisir au bord de l’eau, même sur un lac de barrage.

Les trois heures de trajets qui me séparent du Morvan m’ont parues très courtes, je ne me souviens même pas avoir roulé, c’est un peu comme si le temps s’était arrêté. Tout au long du trajet mes pensées étaient ciblées sur ces trois belles et magnifiques journées passées entre amis.

I will be back.

Salutations halieutiques
Robert GAESSLER

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE