04.05.15

Giboulées de Mars !!

Après avoir pêché récemment un petit plan d'eau de la Sarthe bien poissonneux et retrouvé les sensations sur des départs en rafales, c'est une toute autre histoire qui m'attend sur une nouvelle destination. La date est posée en cette fin Mars sur un domaine de 24 ha pour trois nuits qui je l'espère seront plus agréable en terme de météo que la précédente. Après consultation sur internet, ce n'est pas gagné une fois de plus, la carte est maussade avec des couleurs ternes m'informant d'un temps pluvieux, venteux, froid, décidément les conditions météorologiques ne me laissent guère de répits en ce début de saison. Un soleil, une chaleur si appréciée, tant recherchée sur les premiers mois de l'année afin de redonner de la vigueur que ce soit pour le pêcheur ou les poissons ne sera pas au rendez-vous et il faudra bien faire avec.

Heureusement à mon arrivée, le site est calme, sauvage et les postes accessibles uniquement en bateau, pour mon plus grand plaisir. Moi qui aime me ressourcer à la pêche après de longues semaines de travail, ça me semble bien propice à toucher du fish. C'est dans un fond de bras à l'abri du vent que mon bateau accoste après 15 min de traversée à scruter la moindre activité, le moindre signe qui me laisserait penser que quelques carpes soient au calme dans cette baie. Dans un premier temps, c'est avec une canne et un plomb que je part tâter le fond afin de voir sa nature et sa profondeur. En peu de temps, je me fais une idée précise sur la zone où vont être déposées mes montages, avec bien évidemment un spot dans les branches, classique, et deux en pleine eau. Dans un second temps, ma réflexion se porte sur l'eshage avec un mixte entre une canne à la bille et le reste au maïs IB. D'après les infos qui me sont arrivées aux oreilles, l'étang n'a pas été pêché depuis 20 ans, ce qui me renforcera dans mon choix d'accentuer sur les grains de maïs plastique IB bien flashy et odorants avec un mélange à la micro particules plutôt que d'attaquer à la bille pure. Un bon plomb Flat Pear de 112g en guise d'auto ferrage fera l'affaire étant donné que je dépose assez loin.

La première nuit fut très calme avec ici et là quelques bips mais rien de concret jusqu'au petit matin où cette fois-ci un bon run me fit sortir de mon bed. La première à me rendre visite est une carpe miroir trapue sûrement venue tout droit du dernier alevinage. Celle- ci a succombé à ma présentation flottante garnie de deux grains de maïs IB, un passe-partout à cette saison où l'eau est encore limpide et froide. Le sourire sur mes lèvres en dit long sur le plaisir que cette touche a pu me procurer car je sais qu'avec des conditions qui se dégradent d'heure en heure la pêche va devenir extrêmement complexe. La météo sur les portables ne se trompa pas avec des passages venteux, nuageux et des averses éparses de grêle, bref tout y passe.

Dans ce cas de figure précis, le moral doit être au beau fixe, gardant en tête qu'il est toujours envisageable d'avoir une nouvelle touche tant que les cannes sont à l'eau. Ce qui m'arrivera à 6 reprises avec deux poissons décrochés et un lot de miroir toutes plus "grassouillettes" les unes que les autres mais qui sauront au combien me faire plaisir et me donner du baume au cœur. Il est temps pour moi et Romain de rentrer et regagner les voitures sous la pluie après ces 3 nuits et ce temps qui ne nous fera pas de cadeau jusqu'au bout. Au moment de plier, je me promets de revenir à une autre saison taquiner ces habitantes en espérant rencontrer des conditions météorologiques autres que ces fameuses giboulées de Mars.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE