29.03.13

Gooooooing fishing !

En cette fin mars, l’hiver semble vouloir jouer les prolongations, mais l’envie de passer un bon moment au bord de l’eau était trop forte. Exposer la théorie dans les salons et lors des différentes portes ouvertes est certes enrichissant, mais lorsqu’on est passionné, rien ne vaut la réalité du terrain. Il faut remettre en pratique ce que l’on prêche.
Une fois n’est pas coutume, mon terrain de jeu pour cette sortie sera une petite gravière profonde (et oui on ne se refait pas) où les poissons ne semblent pas trop souffrir de la rudesse de l’hiver, ceci en partie à cause de ses profondeurs élevées.
Arrivé au lever du soleil (comprenez du jour) le thermomètre affiche 2 °C …. Grrrrrrrrr et comme je m’y attendais, aucune activité de poissons. Peu importe je pêche et c’est bien là l’essentiel.
Le soleil semble jouer les abonnés absents… je m’adapte et oublie la traditionnelle pêche de bordure baignée par les rayons du soleil printanier. J’opte pour une pêche précise dans 10 mètres de fond. Deux cannes seront suffisantes pour cette approche.
Mon montage se compose de matériaux maintenant connus de tous ,mais dans lesquelles j’ai une confiance aveugle. Un combi link confectionné à base de Mouthtrap « krimpé » sur un émerillon taille 11 et terminé par de la Supernatural. Mon hameçon Kontinental taille 8 sera esché de mes appâts favoris. Bouillettes Cell de Mainline toppée par une pop up banoffee…
Un peu de pâte plombée sur l’émerillon et un shrink tube sur le Kurv pour rendre le tout encore plus agressif.
Ce montage propre et simple, outre son côté mécanique irréprochable, possède aussi la caractéristique de se déposer proprement sur le fond et de se replacer si un poisson venait à le manipuler sans se piquer. Le visionnage des vidéos « Underwater » de Korda nous ont rappelé, si nécessaire, l’importance de ce détail et à quel point il fallait être modeste quand à l’efficacité de nos présentations.
Le petit plus de la session réside dans la préparation des appâts. En effet j’avais pris soin de laisser tremper mes pop up dans du liquide Goo toute la semaine sur mon radiateur… « gooeés » à cœur ces bouillettes vont diffuser leurs effluves au fond de l’eau et, je l’espère, déclencher l’appétit d’un poisson. Un plus indéniable à mon avis. Couplé d’un stick rempli de Goo, le piège hivernal est parfait. Le Goo exite en plusieurs parfums et sous deux déclinaisons ( Bait smoke et power smoke). Pour cette session je joue davantage sur le côté olfactif /visuel que sur un parfum en particulier. J’ai donc mélangé plusieurs flacons dans le même pot !
Si cette session ne restera pas dans les annales en raison du froid décalé par rapport au calendrier (elle se terminera dans une tempête de neige) elle me gratifiera tout de même de deux poissons… de quoi combler mon bonheur, me réchauffer un peu, et me conforter dans l’idée que le Goo apporte un plus incontestable dans ma pêche.
Mon pot de pop ups va retourner sur le radiateur pour la prochaine session.
Slack lines and let’s Goo again !

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE