14.11.16

J'ai la Banofee

Enfin les premières chaleurs ! Suite à 2 mois très compliqués niveau météo, je suis ravi de voir enfin le soleil et des températures de saison. Etant frileux, les nuits à la belle étoile ne sont pas aussi fréquentes que je le souhaiterais, donc je saute sur l’occasion pour préparer ce moment si particulier. La veille, un ami m’a invité à passer la nuit dans un petit étang de la région et le bilan au matin eut un goût amer… Eh oui, quand on pêche où sont les poissons, c’est-à-dire dans les arbres immergés, et bien il ne faut pas s’étonner que peu de mucus se retrouve sur le tapis. Le problème majeur était mon couchage trop éloigné de mes cannes. Le temps d’arriver, les furieuses s’étaient déjà abritées dans la forêt aquatique. Je veux ma revanche et décide d’aller dans un autre lieu où j’aurais le même souci à moins de dormir au cul des cannes, ce que je compte bien faire. En discutant avec Bruno d’un problème de casse au niveau du raccord entre la tête et le corps de ligne, il me conseille un tutoriel qu’il a fait sur la page Korda. Je prends note et m’applique à reproduire ce nœud albright amélioré. 17H, de retour au bord de l’eau, l’installation se fait rapidement car je connais déjà le plan d’eau.

Combinaison parfaite !

Une robe parfaite pour cette miroir bien sombre et colorée.

En termes de corps de ligne : ma fidèle sub braid à laquelle j’adjoins 3 bons mètres de snag leader. En terminaison je choisis la tresse kamo en 20 lb et le nouveau kurv shank xx taille 6. Ce dernier monté avec un simple nœud sans nœud auquel je dénude seulement le cheveu. En esche, je choisis une banofee dense en 20mm et une pop up diamond white 15mm qui forment un snowman parfaitement équilibré. Autour du montage, je dispose des tiger nuts ainsi que des bouillettes banofee et des diamond wihte krushées grossièrement. Le tout étant préalablement nappé de syrup Pineapple. Autrement dit, une approche comme je les aime, simple et solide. La nuit tombe doucement et une armée de moustiques m’assaille de tout côté. Je pense plier tellement c’est insupportable, mais la prise d’un premier poisson m’aura motivé à persévérer. Heureusement, car la nuit tombée, les étoiles ont livrées le meilleur d’elles-mêmes aidées d’un croissant de lune juste assez lumineux pour donner vie à mes cannes dans la pénombre. Les touches sont régulières et au 4ème poisson, je finis par abandonner et dormir un peu car les vacances sont encore loin. Chaque poisson, si petit qu’il soit, aura droit à toute mon attention photographique car sans eux je ne vivrais pas ce moment comblé de bien être, rattrapant largement l’échec de la veille.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE