08.05.19

Jour après jour sur le lac

L’Hiver est la saison la plus compliquée pour nous les carpistes. Le choix de notre destination est déterminant pour nos sessions hivernales.

En cette fin d’hiver, l’appel des berges est plus fort que tout. C’est décidé, Corentin et moi partons à la conquête d’un lac du sud de la France, Saint Cassien, un lac que l’on connait bien. Objectif un poisson chacun.
Arrivés au bord du lac aux aurores, nous décidons de suivre notre instinct et non la stratégie mise en place sur le trajet. Le lac est super bas pour la saison, les poissons n’ont pas le comportement habituel. Pour nous ça sera le bras sud. Coup de poker.
On s’installe rapidement avec 3 cannes chacun, les cannes sont vite placées sur différentes profondeurs, de 1.5m à 6m et différents substrats, enrochements, routes immergées, sable, tâches de vase. Cela nous permettra de trouver les poissons plus rapidement.
Au bout de notre première journée, le job est fait, on enregistre 3 touches. Une touche sur un plateau de cailloux dans 2.5m d’eau qui rapportera un poisson très court mais très rond d’un poids d’une quinzaine de kilos, et les deux autres sur un gros amas de roche dans 1.5m d’eau. Les autres poissons sont totalement différents un est très allongé d’un poids d’une dizaine de kilos et le dernier est une miroir massive avoisinant les 20 kilos.

Pour notre deuxième journée on décide de pêcher sur le même poste, de procéder de la même façon sauf que, cette fois ci les cannes pêcherons dans maximum 4m d’eau, le résultat est sans appel : on refait deux touches sur le spot de rochers dans 1.5m d’eau. Malheureusement on perd un poisson pendant le combat. Le deuxième poisson rejoint le triangle, quelle surprise, une fully de l’espace surement une des plus jolies de ce lac. On a trouvé une grosse zone d’alimentation, les poissons rejettent de grosses quantités de nourriture naturelle pendant les différentes manipulations. De gros indices pour nos prochains jours à prendre en compte.
Pour notre troisième journée, un ami habitant aux abords du lac nous rejoint, on insiste sur le même secteur avec la même stratégie. Malheureusement, à rester sur nos acquis on fait parfois de mauvais choix. Une seule touche pour le troisième jour et en plus on perd le poisson. Plus les jours passent, moins nous avons de touches, on décide alors de bouger pour les prochains jours.

Le lendemain, on décide de se rendre sur un autre secteur, on s’installe en plein milieu, on pense tous les trois que les poissons se dirigent vers le centre du lac, peut être qu’en se positionnant en plein milieu du bras sud, on arriverait à intercepter quelques poissons qui remontraient le lac. En s’installant au petit matin on aperçoit une grosse activité de poissons blancs dans le secteur, et les carpes décident de nous faire part de leurs présences sur le secteur avec pas moins de 5 sauts en 20 min. Sur boostés par ce spectacle assez surprenant, on installe les cannes minutieusement pour quadriller la zone intelligemment. On touchera un seul poisson, une touche dans 4m d’eau sur une route immergée, nos vieux démons sont de retour, puisqu’on perd encore une fois le poisson. Les différents obstacles immergés sont un vrai problème pour nous, les poissons se tanquent et quand on récupère le montage au bout de quelques minutes, il n’y a plus rien au bout…


Le quatrième jour est un peu spécial, les envies de chacun sont partagées : Corentin veut retourner au fond du bassin sud, Damien veut se diriger vers l’ouest et moi je voudrais pêcher le milieu. On passe notre journée sur l’eau sans réelle conviction, on zone sur le lac à la recherche de carpes ou d’indices sur leur présence. Les visages sont fermés, très peu de dialogue, le fait de ne pas être d’accord sur le choix du poste nous fait perdre une journée de pêche. Ce n’est pas grave ce n’est que partie remise. Le soir, Damien nous remonte le moral avec son poulet au curry extraordinaire. Après ce bon repas, on décide de se mettre d’accord pour notre dernière journée de pêche. Damien pense que les poissons se dirigent au fond de l’ouest pour préparer gentiment la fraie, il veut nous amener sur son poste préféré, le poste de Kevin Elis. On est ok tous les trois, demain on y sera.

Le lendemain, après une courte traversée pour rejoindre le poste, Damien nous explique son approche puis Corentin et moi faisons de même. Il s’avère que nos deux approches sont quasi similaires, sans le savoir on péchait quasiment les mêmes spots sur ce secteur. On décide de pêcher à 3 cannes chacun, pour bloquer la zone sans la surcharger. Le vent souffle très fortement sur nous, le lac est en train de monter, toutes les conditions sont réunies pour qu’on touche du poisson ici. Le choix s’avère être le bon: 5 touches pour 3 poissons, un chacun. Un poisson chacun, Corentin ouvre le bal avec un poisson de presque une quinzaine de kilos, Damien nous fait un très beau poisson assez long de plus de quinze kilos et je boucle la série avec un poisson d’un peu moins de vingt kilos. La séance photo est magique on se prend dans les bras, on se félicite, on est tous les 3 heureux. On est tellement content de ce résultat qu’on décide de repousser d’une journée notre départ, demain on repêche sur ce poste, on sait que les poissons sont là, pourquoi ne pas continuer sur cette lancée ?

Cette fois ci, c’est la dernière donc on ne laisse aucun détail au hasard. Les montages sont vérifiés et changés pour les plus faiblards. Les micros spots sont repêchés de la même façon. Confiants pour ce dernier jour on se détend avec un bon petit apéro et un peu de musique en fond. En fin de journée, une canne en extrême bordure se met à dérouler sauvagement. Corentin prend la canne et se prend des rushs d’une très grosse puissance, il est obligé de monter en hauteur et d’escalader les rochers pour éviter que la bannière ne frotte contre des cailloux. C’est au bout d’une dizaine de minutes que je réussi à glisser la carpe dans l’épuisette avec l’aide de Damien. C’est un poisson de plus de seize kilos aux couleurs très originales qui viendra conclure cette semaine de pêche sur ce si beau lac de Saint Cassien.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE