12.11.13

La mobilité Paye... Par Antoine Marchant

Partis sous une pluie battante, mon pote et moi arrivons en centre ville pour une pêche d'une journée.

Une fois la carp porter chargée, nous pouvons commencer à marcher direction le canal. Après un kilomètre de marche, nous voilà sur le premier poste où nous avons régulièrement des résultats. Il s'agit de plusieurs plaques de nénuphars et d'herbiers, avec quelques trouées. Chacun se met de son côté. Je choisis de rester à droite du spot, et décide de pêcher à trois cannes. Côté montage, j'opte pour un naked chod rig avec un chod rig prêt à l'emploi de chez Korda. La deuxième canne est montée, avec un bon mètre de leadcore kable suivi d'un clip plomb et d'un petit square pear de 56 grammes, terminé avec un bas de ligne en N-trap soft et esché d'un grain de mais et d'un mais artificiel IB. Enfin, la troisième canne est montée de la même manière mais eschée d'un petit dumble équilibré au mais doux .

L'eau est légèrement troublée et je repère deux poissons : l'un sortant des herbiers et l'autre entre deux eaux. Je place une canne près des nénuphars, la deuxième dans une trouée entre les herbiers et mon naked chod rig en plein dans les herbiers. J'amorce avec un mélange de pellets et de maïs, à l'aide de quelques spod Skyliner.

Le temps est menaçant et les premières feuilles commencent à tomber en ce début d'automne. La matinée sera calme. Peu après avoir mangé, je décide de longer le canal pour repérer d'éventuels poissons. Au bout de trois cent mètres, j'observe quelques poissons, puis deux cent mètres plus loin l'eau est très trouble, à cause des fortes pluies de la veille.
Je vois une première carpe sauter, puis une deuxième ainsi que quelques dos noirs en surface. Je retourne sur notre poste et fais part de mes observations à mon pote. Nous décidons de remballer pour partir sur ce nouveau poste. Après quelques minutes de marche, nous voilà sur le nouveau poste.

Quelques poissons se manifestent et les piques sont rapidement plantés, je pêche alors à deux cannes dans un premiers temps. Pour ne pas faire fuir les poissons, mon naked chod rig sera rapidement lancé dans les herbiers et ma deuxième canne pêchera en bordure d'herbier avec un stick pour unique amorçage.

L'attente ne fut pas longue puisque quinze minutes plus tard mon Delkim s'emballe sous les yeux des promeneurs étonnés, et qui du coup me prennent en photo et en vidéo lors du combat court mais intense. Une première miroir glissera dans l'épuisette. Les questions des touristes fusent dans toutes les langues et je leur explique tant bien que mal que c'est une carpe et que nous relâchons ce que nous pêchons.

Une fois la canne relancée, les départs s'enchainent au nombre de six sur cette canne, pêchant avec un petit dumble au mais doux. A l'arrivée de la pluie les départs se calment, mais j'en obtiendrai quand même un sur une autre canne.

La pluie ne cessant pas de tomber, nous décidons de remballer. J'obtiendrai un dernier départ, la canne posée au sol et une petite commune sera rapidement relâchée.

Lors des pêches d'une journée, il ne faut pas hésiter à être mobile pour trouver les poissons et ainsi ne pas passer à coté des résultats !

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE