15.04.12

Les deux mondes...

Par Romuald Laurent.


La sortie de l’hiver se fait sentir par ces doux matins de Mars. Le chant des oiseaux a changé et cette longue période de gel est derrière nous.Une nouvelle saison démarre avec la plus grande des envies : retrouver le bord de l’eau sans plus attendre.

Après plusieurs heures d’observation, on aperçoit quelques poissons bouger mais les signes d’activité sur le plan d’eau restent faibles. Il faut se rappeler qu’il y a une semaine, jour pour jour, il y avait encore plus de 10 cm de glace recouvrant la totalité du plan d’eau.

Les eaux sont encore froides, je décide d’amorcer très légèrement un spot pour éveiller les papilles gustatives d’une carpe sortant de l’hiver. Quel bonheur sans aucun pareil de retrouver ce havre de paix, un moment où le temps s’arrête, où l'on est debout sur la berge, les yeux dans l’horizon à respirer l’apaisement de notre passion.

Un marsouinage à 30 mètres me sort de ce moment de poésie. Les cannes sont en place. Rien ne bouge, les delkims sont muets comme des carpes….. Un saut en bordure éveille ma curiosité. Ce saut se renouvelle plusieurs fois. Il est vraiment très proche de la bordure dans moins de un mètre d’eau. Je ne mets pas longtemps à réagir et à déplacer une de mes cannes. L’eau de bordure est très claire.

Depuis plus d’un an, j’utilise les montages « combi-rig ». Ce montage entre deux mondes trouve son application aujourd’hui plus que jamais. Pour ce genre de situation il faut impérativement un montage discret et que l’extrémité du « combi » se déplace très naturellement pour avoir une efficacité maximum.

Ce « rig » allié à un un stick de bouillettes "krushées" retrouve le fond de l’eau où il se dépose délicatement. Il ne faut pas longtemps pour entendre le delkim s’emballer. Ah ! Ce son qui berce nos rêves parfois…. Le poisson présente une force étonnante. J’en suis même surpris. Et ma surprise est de taille quand j’aperçois sur le tapis une magnifique linéaire à l’écailllage irrégulier, ce qui lui donne un charme sauvage comme l’est ce poisson. L’hameçon piqué sur la lèvre inférieure nous montre le bon fonctionnement mécanique du montage. Ce combi nous permet de pêcher sans le doute de savoir si l’hameçon est bien présenté et en toute discrétion. La combinaison des deux mondes souples et rigides permet une présentation parfaite.

Je vais de nouveau enregistrer deux touches sur ce spot avec deux jolies miroirs. A partir de 16 heures le poste de bordure ne donne plus aucune touche, peut être aussi parce que j’ai dû donner de moi et me mettre à l’eau pour me décrocher et saisir une carpe prise dans les souches. Quel souvenir………
Ce fut une vraie épreuve car l’eau est encore glaciale. Quelques instants plus tard, j’enregistre une touche dans une zone plus profonde ce qui nous confirme bien que les poissons suivent les températures d’eau en ce début de saison et s’alimentent sur les zones de confort.

Le crépuscule arrive, la nuit va reprendre ses droits et moi je vais laisser les carpes rejoindre les abysses de ce lac….



-------------------------------

Vous souhaitez partager vos expériences de pêche sur le site Korda France ?
Envoyez nous vos récits accompagnés de 8 photographies de qualité par mail à l'adresse suivante : mms.fr@korda-eu.com
Les meilleurs récits seront publiés ici.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE