28.04.13

Les mystères du canal

par Bruno Médou (Team France)

Près de chez moi coule un petit canal large de 15m et d’une longueur de 8 km. Ce petit bief est une dérivation navigable de la rivière Marne. La particularité de ce canal est qu’il est totalement délaissé des pêcheurs de toutes catégories. En effet, sa très faible largeur, ses berges sauvages mais surtout la navigation intense de grosses barges rendent la pêche très compliquée voir impossible. Au printemps dernier, suite à une grève des éclusiers, j’ai pu découvrir mon petit paradis secret sous un autre jour !
Une journée entière sans navigation avait transformé les eaux boueuses du bief en des eaux claires me permettant d'en déceler les irrégularités. Accompagné d’un soleil radieux et de mes polarisantes, j’ai donc saisi deux cannes et suis parti pour tenter d’en apprendre un peu plus sur ce lieu.
De suite j’aperçu des ombres se déplacer ici et là, puis des groupes de petites carpes. En prévision du coup du soir j’expédiais quelques poignées de bouillettes sur la bordure d’en face puis je continuais de longer la berge pour repérer d’autres spots. 400 mètres plus haut, à la hauteur d’un arbre couché dans l’eau, je trouvais plusieurs petites carpes se faisant dorer la pilule. Parmi elles une magnifique linéaire parfaite de 5/6 kilos. Une vraie beauté. Quelques clichés plus tard je redescendais sur mon poste et plaçais méticuleusement mes deux lignes le long de la berge opposée.
Pour ne pas effrayer d’éventuelles carpes sur le coup, j’utilise des petits plombs de 28 grammes que j’accompagne avec des back lead coulissants de 7 grammes. Côté appât, j’opte pour des petites "Milky Toffee" décollées permettant d’attirer la curiosité de ces poissons apparemment très voyageurs. La première touche ne se fait pas attendre et je prends d’entrée une jolie commune qui me fait un beau combat sous la canne. Une heure plus tard j’ai un bip, puis deux et enfin une touche retour ! Je ferre et prend contact avec un poisson très nerveux, apparemment pas très gros mais rapide. Le combat est une fois de plus sympathique et à la première montée en surface j’aperçois à ma grande surprise la lignée d’écaille de la splendide linéaire ! C’est elle ! Elle a quitté son bois mort et, comme prévu, en soirée, se met a la recherche de nourriture en voyageant. Elle est splendide comme tous les poissons vierges de ce petit canal. A la tombée de la nuit je pique une autre jolie miroir aux formes plus généreuses et aux couleurs sombres.
Je prends énormément de plaisir à pêcher ce petit canal car le sentiment d’être le seul a prendre ces poissons me procure des sensations que j’apprécie
J’y reviendrais en 2013 comme chaque année d’ailleurs.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE