06.05.14

Loire Forever...

Par Alexandre Coulon

La diversité de paysages que l'on trouve dans notre pays est énorme. Lacs de plaine, anciennes gravières, petits étangs ou encore fleuves se côtoient. Savoir prendre du poisson partout découle de notre passion, vouloir apprendre, s'améliorer ou encore tester de nouvelles destinations revient sans-cesse. Cela fait quelques mois maintenant que je suis cloué dans mes étangs et petits lacs habituels, la rivière n'était pas descendue de l'hiver et m'empêchait d'y tendre mes deux lignes. Mais maintenant, je n'ai plus aucune excuse, c'est décidé cette nuit j'y retourne. Demain, je n’attaque les cours qu'à 11h, ce qui me laisse presque 24h pour retrouver mon terrain de jeu favoris, la Loire!

On remplace les montages fins par du costaud, corps de ligne en tresse, tête de ligne 65 centièmes, lest de 200gr additionné à mon combi en N-trap et longshank. Côté esche, je suis fidèle à mes bonnes vieilles tigers qui m'ont toujours rapporté du poisson couplées à un dumbell banofee pour le visuel ou encore 2 grains de maïs Corn.

Cela fait bien une demi-heure que je balaye la zone avec mon float-tube. Je longe la bordure de la baie que j'exploite lorsque dans à peine 50cm d'eau, je tombe sur un véritable hot-spot. De nombreux cailloux sont fraîchement retournés et de jeunes pousses d'herbiers viennent recouvrir une tâche de sable. Bingo, j'ai trouvé où mettre ma première canne. Si on ajoute aux chaleurs presque estivales de ces jours-ci le début de fraie dans les étangs, les poissons se rassemblent dans très peu d'eau. Quelques poignées de graines accompagnées de quelques billes pour faire de la « matière » sur le fond et ça pêche. Ma deuxième canne est posée juste derrière une cassure de plus de 80cm à l'entrée de la baie pour essayer de capter quelques poissons qui essaieraient d'y rentrer.
Je peux enfin commencer à faire bronzette sur mon bed, la glacière a remplacée le réchaud et les journées que nous passions cloîtrés dans nos biwy les mains collées sur nos tasses de café sont derrière nous, et franchement c'est agréable !
Rapidement, le soir arrive, je repasse voir le spot dans peu d'eau, rien n'a bougé, je laisse pêcher. Comme prévu, la Loire monte sérieusement ce soir, c'est bon signe. En effet car à peine la nuit tombée et le match commencé que la canne de droite émet quelques bips à la suite alors que je suis en sensibilité 0. C'est bien un départ, canne en main, le poisson ne se laisse pas faire, chaque combat dans cette rivière est puissant, même les petits poissons n'ont pas dit leur dernier mot, à l'image de cette vieille miroir qui fini rapidement dans les mailles du filet.
La nuit ne fait que commencer et un premier poisson me rend visite, c'est bon ça ! Je vais reposer tranquillement la canne dans un silence de plomb. Tout seul sur le fleuve en float-tube, je ne fais pas le malin... Mais au moins ça repêche niquel !
Moins de deux heures après, c'est au tour de l'autre canne de me fournir une autre miroir à la morphologie étrange mais aux couleurs somptueuses, magiques !

C'est les paupières lourdes que je me fais un petit café, le moment est magique, aucun bruit, juste moi et mon bed derrière les cannes pour encore quelques heures. Ce sentiment, j'ai l'impression de ne le retrouver que sur les berges d'une eau courante, vive le publique !

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE