07.07.13

Longshank : comment t'oublier !

Par Romuald Laurent (Team France)


Cette fameuse météo que chacun voudrait contrôler à sa bonne guise, nous apporte bien des discussions au fil des années, sur son influence et sur le comportement du monde aquatique.
Elle ne ménage pas notre début de saison et chaque région évolue différemment. Ce phénomène est bien renforcé cette année, on constate encore des eaux à 11°c au 1er Juillet.
Notre nature est bien présente mais son développement timide nous montre bien, l’ambiance assez froide régnant sur nos terroirs.
Les petits plans d’eau comme à leur habitude se développent plus rapidement, mais les lacs, ces endroits mystérieux ou bon nombre de légendes nagent, voient leur développement bien ralenti.
La destination d’un lac a toujours une ambiance bien particulière où les moindres détails auront de l’importance.

Les brumes s’élèvent des eaux, où rien n’est jamais acquis, l’air frais de cette destination nous montre la difficulté d’appréhender certains spots sans amorçage.
L’observation est souvent la clé de la réussite, rien ne doit être laissé au hasard. Nos regards doivent balayer chaque endroit, chaque mouvement, chaque phénomène survenant sur notre zone de pêche.
Comme souvent en lac, un éventail de possibilités s’offre à nous, tout en sachant que les saisons interviennent dans le choix de nos spots. Les poissons n’évoluent pas dans les mêmes couches d’eau suivant la température de celle-ci, mais là je ne vous apprend rien.
Cette année où les précipitations froides persistent vont m’amener à me diriger sur les bordures et sur 2 petits haut-fond.
Des endroits repérer lors du sondage, où les températures plus clémentes apporteront un développement aquatique plus important et source d’alimentation principale pour les cyprinidés. La masse d’eau des lacs est souvent piégeuse et on doit faire un repérage précis des zones pour mettre toutes les chances de notre côté.
La pêche de bordure devra se faire avec grande discrétion pour pouvoir déjouer un poisson.
Après de multiples observations, le choix de déposer une ligne non loin de la berge, juste à quelques mètres m’imposera l’emploi de la N-trap, cette tresse se dénommant comme un combi souple grâce à son revêtement. Elle sera l’idéal pour épouser la morphologie du fond.
Oui, car j’ai pu constaté la présence de petits débris et je préfère employer ce matériau plutôt qu’un fluorocarbone qui rebiquerait à coup sur et pourrait apporter une mauvaise présentation de mon appât.
Pour les 2 petits plateaux, j’emploierai un des montages que j’affectionne le plus, mon fameux combi IQ2/Super Natural, un allié de nombreuses situations de pêche.
Il me faut un hameçon qui se pique correctement et reste bien en place, mon choix se fait sur le longshank-X sans hésiter, les fonds durs du lac conviendront très bien à son emploi. Cette hameçon oublié depuis quelques années au profit de ceux à hampes plus courtes restent une référence sur les fonds durs.
Comme à mon habitude, j’ajouterai un morceau de Shrink tube pour favoriser un retournement rapide de l’hameçon.
L’amorçage sera constitué essentiellement de bouillettes sans trop en mettre car l’objectif premier reste d’éveiller les papilles des carpes afin qu’elles saisissent notre esche.
Afin d’améliorer l’attraction autour de l’appât, je « kruschérise » quelques bouillettes pour les réduire en miettes. Cette farine de bouillettes, je la tasse au maximum dans mon sticks auquel je viens y ajouter des pellets boostés pour offrir une appétence olfactive renforcée.
Chaque montage sera ainsi présenté avec un stick constitué de la sorte. Ce type de présentation apporte plusieurs avantages, l’attraction comme on vient de le voir, mais aussi un avantage important, votre montage sera pêchant à coup sûr et permettra un bon positionnement de votre appât.
L’horizon offre peu d’activité, comme certain dirait le lac est sur « off ».
La fraîcheur de la nuit arrivant, ne va pas favoriser une grande activité.
La soirée se passe sans aucun son de Delkim, rien, pas un seul mouvement des stows que se soit sur la bordure ou sur les deux plateaux.
Je décide de repositionner mes cannes de la même manière pour affronter la nuit. Je dépose mes montages avec précision sans me précipiter pour être le plus précis possible sur mon amorçage.
Les heures passent dans un grand silence, ni le son des détecteurs, ni le son de saut raisonnant dans le crépuscule de la nuit, viennent me perturber.
Je laisse pêcher pour n’occasionner aucune gène autour de mes lignes.
En bordure, j’ai mis en place un montage particulier qui m’a valu de nombreux poissons depuis l’automne. Mon esche est une pop up enrichie de GOO Amande et Mais, celle-ci est montée en blow-back rig mais la particularité est l’ajout d’un petit plomb sur le cheveu afin que l’appât soit légèrement décollé du fond. Cette bombe olfactive libère ces attractants au fil des heures afin d’intercepter un poisson de passage.
Le jour se lève avec ses brumes éparses, mon regard se fixe sur mes scions comme souvent pour détecter le moindre mouvement, rien ne bouge, la lumière matinale reprend ses droits.
Mais la courbure en force de ma canne de droite située sur la bordure me fait sortir d’un bond de mon bed, sans attendre je saisis ma canne, la puissance que développe le poisson est impressionnante.
La carpe s’empresse de sonder dans les profondeurs du lac, et sans attendre je monte dans le bateau pour combattre en pleine eau. Cette zone de pêche comporte des arbres immergés alors je reste très vigilant, elle ne lâche rien, les secondes passent et je m’étonne de cette force.
Elle sonde et reste sur la pleine eau, le scion de ma longbow est dans l’eau, ces cannes sont un réel plaisir pour travailler le poisson.
A forcer de lutter, je finis par apercevoir dans une eau noire mais claire une jolie miroir avec de jolies couleurs, quelques secondes plus tard elle se glisse dans mon filet.
Le retour sur la berge s’annonce souriant, car mes collègues me pensant en train de décrocher une de mes lignes n’ont même pas bougé de leur bed.
A leur étonnement, il découvre une miroir, certes pas un bœuf, mais un poisson arborant une très jolie robe.
J’adore ces poissons sauvages, sains de toutes piqûres, elles ont ce côté magique qui émerveillent notre passion.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE