29.06.13

Mettre les petits plats dans les grands

Par Romuald BAYON

Bien souvent lors de mes sessions tout est fait pour être mobile. Tout est rangé, compacté pour prendre le moins de place possible et surtout voyager léger. Pour cette session, c'est l'inverse qui m'attend et vous allez comprendre dans les lignes qui suivent le pourquoi de ce changement. En effet, la proposition de ma femme faite quelques jours auparavant pour partager un moment au bord de l'eau comme à l'époque me ravît. A ce moment précis, il me faut gérer le lieu pour cette session qui durera 48h. Un coup de fil à Christine, une amie et garde du site privé de la Poitevinière me suffira pour trouver la destination qui se trouve à seulement 45 min de chez nous. La proximité du site nous va très bien car il nous faut déposer les enfants le vendredi soir pour enfin se retrouver tous les deux au bord de l'eau comme à une certaine époque (les parents me comprendront). Le jour J approche et la première étape pour moi consiste à charger la voiture avec ce qui peut se faire de mieux pour être bien installé. Tout y passe, du barbecue, de la petite table, des levels chairs, des bedchairs, bref ce qui m'arrive parfois d'amener mais cette fois-ci en double. Croyez-moi les tours d'ascenseurs pour amener ce package à la voiture se comptent à deux chiffres. Mais qu'est ce que l'on ne ferait pas pour sa petite femme. Les enfants déposés, nous partons sur l'étang rejoindre Christine que nous n'avons pas vue depuis pas loin de trois ans. Le simple fait de refouler ce site magnifique de plus de 80 ha nous enchante. C'est parti pour une vraie installation qui ne nous prendra au final peu de temps car la météo est si capricieuse avec ces averses qu'il nous faut faire très vite. Il nous sera difficile de flâner sur le ponton qui s'avance devant notre campement, pourtant si agréable et si atypique sur ce site. Alors parlons peu mais parlons bien et surtout de pêche sur ce site que j'ai bien connu, mais quand est 'il à ce jour. Je mise comme à l'époque sur une pêche à longue distance devant moi avec un amorçage conséquent à la bouillette. La superficie est tellement importante sur cet étang qu'il me faut impérativement captiver les poissons de passage pour les inciter à faire un arrêt sur la zone et s'alimenter sur mes appâts. Le premier 24h n'est guère concluant avec une seule touche au compteur conclu par une décroche. Je continue dans mon approche en amorçant régulièrement sous un temps qui ne cesse de se dégrader. Par expérience, je sais que bien souvent les plans d'eau à forte pression de pêche offrent de bons rendements par de telles conditions. Ma stratégie aussi consiste à déposer mes montages sur la périphérie de l'amorçage. Deux cannes au dessus du tapis de billes et deux autres de chaque côté. Pour lancer sur de longues distances et avoir un montage pêchant et performent sans le moindre risque d'emmêlement j'utilise L'IQ2 . J'apporte à celui-ci un Sinkers pour bien plaquer le bas de ligne et un Anti-Tangle Sleeves pour éviter tout risque d'entortillement autour du plomb lors du lancer. Pour finir c'est un hameçon Kaptor Wide Gape de taille 6 avec un cheveu souple réalisé avec la tresse Supernaturel . Ce dernier me permet de présenter naturellement l'appât de 20 mm sur le fond, le tout bien plaqué avec un bon mètre de Leadcore Gravel. La suite me donnera raison sur mon approche avec des poissons enfin rentrés sur le coup qui nous donnerons quelques départs bien sympathique. Les clichés s'enchainent sur ce derniers 24 h et le partage de ma passion avec ma femme est à son paroxysme. Au final, notre week-end se révélera reposant dans un premier temps et décathlonien sur la seconde partie. Il ne nous reste plus qu'à plier et rentrer récupérer nos deux petits anges pour cette session où vous l'aurez devinez, il m'aura fallu mettre les petits plats dans les grands.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE