25.11.14

Mon automne

Par Stéphane Pacaud.

Loin du tumulte et de l'agitation des lieux prisés et habituellement péchés, l'automne est une période propice pour pratiquer notre passion.
Généralement, les carpes capturées à cette saison sont à leur poids de forme optimale et leurs couleurs resplendissent. Cette période est également le moment où les paysages sont uniques et ou les amoureux de la photographie peuvent s’adonner à leur seconde passion.

Nous sommes en Novembre, quelque part dans l'Est de la France. Après quelques heures de route, me voici arrivé a destination, sous un beau soleil, mais avec des températures assez fraiches. Quelques équipes sont déjà en place et ne me laisse pas tout le choix espéré. Je fais face a un véritable ballet de zodiac sur une très grande partie de la pièce d'eau.

Deux choix s’offrent a moi. Soit je m'installe non loin de tout ce monde-là, soit je file à l'autre bout de la gravière ou il n'y a très étrangement personne.
Je choisi de m’exiler a la recherche d’un peu de calme et pars m’installé a l’autre bout du lac.

Je décide de ne pas monter mon bateau afin de préserver le calme de ma zone de pêche.
Après l'installation, je sonde méticuleusement ma zone, marque mes spots et me penche sur mes montages.

De part la saison et la température, mon choix se porte automatiquement vers un bas de ligne en fluorocarbone IQ2 d'environ 20cm, d'un hameçon Longshank No8. En effet les températures devenant basse le taux d’oxygène dans l’eau augmente et cette dernière devient de plus en plus claire. Je choisi d’escher une CELL de 16mm que je couple avec une flottante Mainline Hi-Visual 10mm Pineapple. Pour booster l’attraction j’ajoute quelques gouttes de Goo et le tour est joué.
Coté amorçage c’est du classique chènevis cuit bien germé, micro tiger broyées. La aussi je choisis de booster ma préparation et ajoute du Fosoil Mainline, et un colorant jaune pour l'effet traçant.
Avec un peu de méthodologie, et une approche fine j’allais tirer mon épingle du jeu. Là ou les autres pécheurs ne verront pas la moindre carpe, je totaliserai 6 départs dont une belle commune ainsi qu'un joli amour blanc.

Discrétion, silence, précision, voilà les armes qui m'ont permis de me différencier lors de cette partie de pèche. En trouvant les spots « hots » avec une préparation travaillant très bien en eau froide, je me suis donné le maximum de chance et ai su faire la différence.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE