08.10.16

Pêche active en rivière

En cette fin Mai je suis indécis quand à la destination du week-end : je pense d'abord retourner sur une gravière sauvage où je suis resté sur un échec courant Mars et puis finalement au cours de la journée de Vendredi je décide de me rendre de nouveau en rivière !
Je charge le minimum dans la voiture et aux alentour de 19h30 me voilà au bord de la rivière. Pour la nuit je vais exploiter un spot que je n'ai jamais pêché. Il s'agit d'un pont. Je n'ai que deux cannes et il me faut bien choisir les spots . La première ira au niveau de la pile du pont près de blocs de pierres et d'herbiers quand à la deuxième elle ira dans le chenal ! 
J'éparpille un bon kilo de bouillettes et quelques poignées de Frolic. Après un petit repas, l'attente commence, elle sera de courte duré puisqu'aux alentours de 22h, première grosse touche près de la pile du pont. Le combat est violent et après une série de rushs j'épuise une petite miroir ! Je replace la canne. Pour un gain de place j'ai décidé de partir sans biwi ni bedchair et de dormir dans la voiture mais malgré la fatigue je ne trouverais pas le sommeil cette nuit de pleine lune, regrettant mon confortable bed chair trakker levelite !

Changement de poste au matin.

Des esches attractives !

Le jour se lève déjà et une première péniche arrive : il est temps de relever les cannes. Je pars faire un petit tour en ville pour chercher un croissant tout juste sorti du four et je me rends sur un autre poste qui me semble intéressant . Malheureusement le passage des péniches et autres bateaux de plaisance rend la pêche difficile , Je replie les cannes et me dirige vers un secteur où les bateaux ne peuvent circuler. Le courant y est plus fort à cet endroit , Je remplace mon classique clip plomb par un hybrid lead clip qui me permettra de libérer plus facilement le plomb en cas d'accro. Ma première canne est placée devant un gros tas de bois et la deuxième dans une trouée d'herbiers. Les grippas de 230grammes ne sont pas de trop pour tenir le courant et j'amorce légèrement car contrairement au pont, il ne s'agit pas d'une zone de passage mais d'une tenue. Il me faut attendre seulement 30 minutes pour avoir la première touche avec une jolie miroir à la clef puis 20 minutes plus tard une seconde miroir.
Plus tard un groupe de canoéistes débarque en plein sur mes lignes, se prenant dans ma tresse. Je suis contraint de relever mes deux cannes et de les relancer. Il faudra attendre une petite heure pour avoir un départ, toujours sur la même canne. Je sors le poisson des branches : c'est une sublime linaire qui après plusieurs tentatives arrive enfin dans l'épuisette. Je prends quelques photos de cette perle de rivière et remballe. Je décide de faire le coup du soir sous le pont et je ferais une dernière petite commune avant de plier aux alentours de 23h, totalement épuisé !


Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE