04.12.12

Plusieurs Korda mon arc !

Je vous présente ici l’approche mise en œuvre lors de la deuxième partie de ma session d’octobre. Elle diffère de celle que je pratique habituellement, peut-être parce que, comme on dit dans le team, les pêcheurs qui réussissent sont ceux qui ont plusieurs cordes à leur arc.
Direction donc une gravière sur laquelle les interdits ne permettent ni d’analyser les fonds à l’aide d’un échosondeur, ni de déposer en bateau. Tout se joue donc depuis la berge, ce qui nécessite de revenir à la bonne vieille technique du marqueur sondeur, une fois le poste choisi. Dans de telles conditions ce choix n’a, à priori, rien d’évident, à moins de bien connaître les lieux et les habitudes des poissons… Or ce n’est pas le cas. Je ne suis jamais venu ici et mon alter ego n’y a pêché qu’une seule fois, il y a quelques années déjà. Nous commençons donc par faire un rapide tour du propriétaire pour, à l’issue, choisir un des rares postes isolés qui, nous dit-on, ne donne pas grand-chose depuis plusieurs semaines. Mauvaise pioche ! Il ne produira effectivement rien de plus lors de nos deux premières nuits de pêche, mes chod rig, propulsés en éventail à des distances différentes sur un fond uniforme et vaseux, ne trouvant pas preneur.
Plutôt que d’attendre nous préférons changer de poste, ce qui nous permet d’engranger un peu plus d’infos sur cette eau… En vain puisque la troisième nuit sera tout aussi infructueuse.
Sur notre lancée nous optons donc pour un nouveau changement de poste. Apres un rapide sondage, nous marquons un haut fond prometteur, dont le substrat dur tranche avec l’environnement plutôt vaseux. Et au final vous savez quoi ? Et bien c’est en fait à l’écart de cette zone, sur une canne joker, que le compteur sera finalement débloqué. Pourquoi ? Je ne sais pas. On peut supposer que les carpes soient trop sollicitées sur ce haut fond qui se voit comme le nez au milieu de la figure, parce que fatalement beaucoup trop de pêcheurs l’auront exploité. A côté on n’a pourtant rien trouvé de spécial, mais les carpes si. Et pour cause ! L’usage du Marker nous a aussi permis de pêcher et d’amorcer précisément au tube lance bouillettes, paradoxalement au beau milieu de nulle part. Et c’était là semble-t-il qu’il fallait pêcher. C’est d’ailleurs ce même type d’approche qui, la nuit suivante, m’offrira une de mes plus grosses carpes de l’année.
A méditer…

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE