06.07.16

Printemps hivernal

Me voici de nouveau au bord de l’eau pour tenter de piéger quelques cyprinidés. Enfin je l’espère… Il y a une bonne semaine, le printemps donnait l’impression de montrer le bout de son nez, mais finalement, retour à la case départ. Les températures ont chuté brutalement pour nous replonger dans un arrière-goût hivernal. De plus, le ciel s’acharne à déverser des trombes d’eau avec un vent du nord bien soutenu. Cela s’annonce compliqué ! En arrivant sur place, je profite d’une petite accalmie et même d’un rayon de soleil qui me fait remarquer un peu d’activité sur le plan d’eau. Quelques sauts de carpes vus avant la nuit me donnent confiance, mais la météo annonce une nouvelle grosse dégradation et un vent du nord soutenu. Je tente ma chance sur les spots où j’ai repéré des carpes. Je procède à tâtons dans mon approche car je n’ai aucune idée du comportement des poissons suite au refroidissement brusque de l’eau de ces derniers jours. Je testerai donc une canne à la graine et deux avec des pop ups.

Le printemps est tardif, mais bien là !

Une dernière photo avant de dormir...

Tutti frutti et essentiel ib sont pour moi deux valeurs sûres en début de saison. En ce lieu, les blancs sont très nombreux et j’espère ne pas avoir à replacer mes lignes trop souvent. Elles sont très loin du bord et en bateau avec ce vent en pleine nuit cela risque de devenir une sacrée épopée. Une fois placées, j’en profite pour essayer de repérer un éventuel nouveau spot pour de futures sessions car l’eau est relativement claire. Sur le chemin, la chose que je repère de prime abord, est la multitude de coquilles de moules zébrées piégées sous une barque qui s’est retrouvée hors de l’eau lorsque le niveau a baissé. Signe d’une nourriture naturelle abondante. Je continue ma quête et en passant à travers des buissons j’aperçois un bois mort avec de jolies fouilles toutes fraiches ! Affaire à suivre… Voilà la nuit qui tombe et je scrute l’horizon tachant de deviner si je risque de bien dormir ou pas. Comme annoncé, le vent commence à souffler vraiment fort et le froid bien présent aura raison de moi. Bernard Werber prend le relais pour m’aider à trouver sommeil car à la pêche je suis tellement toujours à l’affût qu’il m’est souvent difficile de tomber dans les bras de Morphée. Finalement le bilan de cette sortie sera relativement positif car j’ai eu le plaisir de séduire deux jolis poissons et les tanches seront restées calmes.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE