15.01.15

Retour sur la darse capricieuse

Comme je vous disais dans mon précédent catch report «  été indien », il me restait encore trois nuits à passer au bord de l'eau .

Arrivé sur cette gravière que je connais, je me dirige sur un poste situé en fond de baie. En ce début d'automne, les premières feuilles tombent et les arbres abordent de magnifiques couleurs !

Ici la pêche est bien différente du plan d'eau précédent : exit la finesse au vu de nombreux obstacles et herbiers. Les bobines de nylon sont remplacées par un corps de ligne en tresse suivit d'une dizaine de mètres de XT snag leader , avec un bon mètre de leadcore Kable XT, un clip plomb avec un plomb grippa entre 150 et 200 grammes et bas de ligne en N-trap 30lbs ou Kamo en 65 lbs avec un hameçon kontinantal ! 

Deux de mes montages sont eschés avec deux tigers équilibrées, une autre canne avec une salty squid équilibrée et la dernière avec une Peach&Cream équilibrée avec une flottante au Goo Almond.

Ici je mise tout sur les bordures, la pleine eau ne m'ayant jamais réellement réussi. Connaissant l'endroit, les montages sont rapidement placés en bateau : un sous un tas de branches, une canne sur une tache de graviers sous un chêne, une autre sous un autre chêne et la dernière sur ma bordure de droite près d'arbres immergés .
Chaque canne pêche pour un poisson et j'ai donc amorcé légèrement à l'aide d'un mélange de chènevis tiger et bouillettes. La nourriture naturelle est très abondante et difficile à concurrencer.

Le campement installé en début d'après midi, je profite du soleil quand tout à coup une canne démarre en trombe et fait un tout droit dans l'eau. Dans la panique, je saute dans le bateau pour tenter de trouver la canne mais rien ! je retourne sur la berge, sors ma canne à sonder et au deuxième lancer je trouve ma canne, sauf que le poisson tire en sentant une résistance. Je jette un retention sling dans le bateau et je suis la tresse de la canne à marker. Je trouve finalement ma canne et le poisson est encore au bord, le vent est fort et je dérive , le poisson est tanqué sous le chêne et je me retrouve allongé à combattre à la main ! Après quelques rushs, je parviens tant bien que mal à mettre le poisson dans le retention sling : il s'agit d'une belle miroir. Après un retour compliqué sur la berge en bateau, je photographie le poisson qui est difficile à porter au vu de sa forme .Ensuite je relâche le poisson et retends la canne dans la foulée sous le chêne. Pêchant en tresse, je desserre un peu le frein pour ne pas avoir à revivre cette mésaventure ! 
Le début de soirée est calme mais vers 4h du matin ma canne de gauche démarre. Je sors rapidement du Tempest et ferre, le poisson se détanque facilement et je combat depuis le bord. Après un combat sous le scion, une grosse commune fini dans l'épuisette. Au premier passage, après une pesée il s'agit de mon nouveau record commune. Elle passera le reste de la nuit dans le retention sling. Malgré l'heure tardive, j'envoie quelques sms pour partager cette belle prise et il me sera difficile de retrouver le sommeil.
Je relève les lignes en début de matinée et demande de l'aide à mon voisin pour la photo. 
Il accepte avec plaisir et nous faisons les photos de ce beau poisson .
Les cannes sont retendues et réamorcées. Je fais une grosse tanche durant l'après midi et vers 19h30 un nouveau départ sous le chêne. Le poisson longe la bordure et vient se tanquer dans les herbiers. Je parviens à le détanquer et quelques mètres plus loin il se décroche, je vérifie alors le piquant de l'hameçon et tout est en ordre. Je retends la ligne un peu déçu.

Je reste assis prêt des canne un bon moment à écouter le hululement des chouettes, mais l'humidité me pousse à me réfugier sous mon duvet. Vers 5h du matin une touche bizarre me sort de mon duvet et après un petit combat un petit amour blanc arrive. Je décide de le décrocher directement dans l'eau et je repars en bateau déposer la canne, rien ne se passera de nouveau durant la nuit .

Le temps change et la pluie s'installe, j'ouvre à peine la tente et j'aperçois deux gros sauts dans la baie d'habitude si calme. Je me pose et j'observe, petit à petit la pluie s'estompe laissant place à un ciel gris. Je retends les cannes pour la dernière nuit. En début d'après- midi je commence à ranger mes affaires et garde le minimum. Après un dernier repas au bord de l'eau je me couche en espérant un dernier poisson. A 4h du matin ma canne pêchant en bordure démarre et je ferre : le poisson est combatif et une nouvelle grosse commune finira la nuit au retention sling .

Rien d'autre ne se passera au petit matin. Je fais quelques photos du poisson et il est temps de remballer,
la pêche aura été difficile durant ma semaine de vacances mais j'en aurais bien profité dans deux endroits idylliques et mon souhait de grosse commune aura été exhaussé.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE