22.11.13

RIG ATTITUDE - par Robert Gaessler

Les eaux que nous pêchons sont de plus en plus soumises à une pression de pêche constante. Certains poissons sont littéralement « harcelés » par les carpistes et il faut parfois faire preuve de beaucoup de subtilité afin de déjouer leur méfiance. Par subtilité, je sous-entends qu’un montage différent, pas forcément alambiqué, une approche particulière voire tout simplement un appât original ou un spot délaissé, ou encore un amorçage différent, peuvent parfois relancer les « hostilités » et piéger à nouveau les ou des poissons. Il y a une théorie dont je suis convaincu et ceci quel que soit le plan d’eau, c’est que les poissons savent qu’ils sont pêchés. Non pas qu’ils ont une quelconque intelligence à penser qu’un être humain se trouve posté sur la berge avec une canne pour essayer de les capturer, mais dès qu’il y a quelque chose d’anormal dans leur élément, le doute s’installe, la méfiance s’accroît. « Carpe échaudée craint l’eau froide » ! Et la pêche se complique. Et pourtant, les carpes sont constamment en recherche de nourriture…

De nouveaux montages, une présentation différente, parfois même un simple réajustement ou rééquilibrage peuvent déclencher une touche. Je suis souvent très frustré de savoir qu’il y a des poissons dans le secteur sans pour autant enregistrer le moindre bip ou départ. Les vidéos « Underwater » ont prouvé par l’image que les poissons se saisissent de nos montages plus souvent que nous le pensons alors que nos détecteurs eux, restent muets…
Je ne suis pas un « inventeur » de montages proprement dit, je trouve que la palette des montages connus est assez large et suffit amplement à déjouer la méfiance des poissons et trouver le bon montage le jour « j » est déjà un casse tête en soi.

Le montage que j’ai utilisé pour cette session m’a été livré par un ami anglo-saxon. Il n’a rien de révolutionnaire mais comme mentionné plus haut il est différent d’un montage passe-partout et peut donc déjouer la méfiance d’une carpe en termes d’attraction et de mécanique.
Il s’agit d’une variante du fameux montage 360°. J’avais un peu délaissé le 360° parce que je trouvais que les poissons étaient souvent piqués de manière aléatoire. Pourtant je le trouvais vraiment redoutable. Avec la variante, mes poissons étaient à nouveau piqués proprement dans la lèvre inférieure. La différence vient du fait que les maïs flottants, au lieu d’être alignés le long du cheveu, épousent entièrement la hampe du kurv shank. L’hameçon, même si je pense que les carpes ne voient pas l’hameçon, est en quelque sorte recouvert par les 3 ou 4 faux maïs. Décollé juste sur la hauteur de l’hameçon grâce à de la pâte plombée fixée sur l’émerillon de la hampe, la piqure est souvent parfaite et ceci malgré la liberté totale de l’hameçon.

Je trouve ce montage très redoutable pour son côté mécanique et esthétique. Il m’a apporté de nombreux poissons cette année et je voulais le partager avec vous en espérant que vous obteniez les mêmes résultats.

Il peut aussi évoluer avec l’utilisation du « maggot clip » fixé de la même manière … à suivre cet hiver.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE