31.10.16

Sous haute température

C’est avec réjouissance, que je constate à l’aube d’une nouvelle session à « taquiner les carpes » que le temps prévu sera plus que radieux. Cela change en effet d’une grande partie de l’année 2016, où la pluie s’invitais plus que régulièrement.

Ce que je ne savais pas en revanche, c’est que cette fin du mois d’août, ce soleil qui illumine de « belles couleurs aux gens », sera très intense. Ce qui est valable pour un, peut être valable pour l’autre ! Même à l’extrémité des pôles !

Je prépare mes affaires en conséquence de cette prévision avec pas mal de vêtements légers. Sans oublier toutefois d’autres plus conséquents et protecteurs, en raison d’éventuelles nuits plus fraiches, diamétralement opposées aux journées ; ou bien encore de possibles orages.

Le trajet est très agréable et changeant des précédents. Par contre à mon arrivée et sur la place concernée, il n’y a pas ou peu d’ombres. De plus c’est une misère pour l’installation ! Le sol est dur comme du bois où il est difficile de « vriller » (sans maillet) une simple sardine au sol. C’est aussi un choix de ma part car je déteste « taper » sur le sol en vue du bruit provoquant des ondes se répartissant de manière indiscrète et négative sur l’eau et les poissons.

Je n’aurais pas besoin d’exercice, celui-ci se faisant naturellement et quotidiennement. Tout ça sous un soleil de plomb donnant un côté Alcatraz ! Voyons donc le côté positif.

Pour avoir déjà pratiqué cet espace, je sais exactement où placer mes trois cannes. Cela reste de la longue distance qui tombe peu à peu dans des profondeurs importantes (autour de 5m d’eau à 110/120m du bord). Sur des fonds plus ou moins durs, la difficulté pour moi réside dans la localisation des parties envahies de petites herbes de 10 à 15cm. La partie gauche reste plus dure en termes de nature de fond, plus propre à pêcher, au contraire de la partie droite plus molle et plus herbeuse.

Il reste néanmoins possible d’y présenter un hinged stiff rig dans cet espace colonisé. Une canne à l’écart de l’amorçage de la partie gauche pour deux cannes. La distance dépend essentiellement de la distance de pêche de mon voisin de gauche. Celui-ci ne pêchant pas très loin s’avère plus facile pour moi d’ouvertures d’accès. Il y a bien un plateau à 90m mais celui-ci est sollicité à longueur d’année. De plus étant fin août d’une année déjà bien entamée, la pression à eu le temps de s’installer.

L’ambiance et l’environnement des alentours est plutôt calme. Peu de carpes se font capturer sur le plan d’eau et l’activité de surface est très réduite. Ce qui est tout à fait compréhensible vu l’impact porté par la chaleur et des semaines plus ou moins rentables et précédent celle-ci.

Cependant et malgré le manque d’appétit et d’optimisme, je joue la carte de l’attractivité au maximum ! Je prépare mes fameuse peach/cream (mainline) en 15 et 20mn dont la moitié, en proportion totale, sont coupées en deux avec le kutter. Ces dernières sont ensuite trempées et imbibées par le hemp seed oil de chez mainline. Cette quantité de 2 à 3kg environ, laissée absorbée par la chaleur durant 1 à 2 heures, sera destinée à l’amorçage au Spomb.

Ce dernier sera effectué à une centaine de mètre autour de 28/29 longueur de cannes (3.60m). Afin de se donner la possibilité d’y pêcher à l’arrière au cas où l’alimentation et l’approche serait difficile. Ou bien encore de croire à l’option d’y intercepter des sujets qui évite les amorçages de façon continuelle.

Durant les trois nuits et deux jours suivant les évènements se confirment être compliqués. En effet les carpes donnent des signes de réticences à la zone amorcée au contraire des silures, très actifs en période de chaleur, et très présents sur la nourriture distribuée. Cinq silures jusqu’à 1m80 viendront perturber mon espérance et une seule carpe, une commune dans les 12 kg, sera capturée sur la zone à l’écart des intrus. Celle disposée sur Hinged stiff, à fleur d’une zone tapissée en petites herbes. Avant cette troisième nuit j’avais déjà préparé mon changement de place. Pas très loin de cette veille au soir, mes voisins de gauche avaient déjà lâchés prise. Ceux-ci, en place depuis une semaine avec rien au compteur, s’était éclipsés en cours de journée. J’en profite donc pour y séjourner mes deux dernières nuits. Et surtout auparavant j’y effectue un petit sondage en règle et y distribue quelques peach/cream (un petit kilo) au calme et à la veille . Cette partie, offrant l’opportunité agréable de larges bordures gauches jusqu’à sa pointe séparant deux parties d’eaux, avec un passage stratégique resserrés par l’ile centrale et dessinant son profil dans les deux surfaces. En plus, de manière non négligeable, compte tenu du climat actuel, cette place donne accès à plus d’ombre et j’avoue en avoir assez de prendre le soleil en plein tête chaque après-midi. Ce climat m’obligeant sans cesse à déplacer mes affaires selon l’angle pour ne plus qu’elles prennent chaud et également à faire « trempette » dans le lac en bordure assis dans l’eau pendant des heures.

Panorama du second poste. Longue distance en vue !

Remise à l'eau, et dernier bisous !

Avant que le soleil se lève au troisième matin, je débute le va et vient du déménagement du matériel et des mes affaires. Il est pourtant 5h du matin et il fait encore lourd. A mesure de la répartition de mes aller/retour, vers 8h30 tout est enfin réinstallé ! Il ne reste plus qu’à redistribuer quelques poignées de peach/cream sur la pointe et me soulager aussi d’un rafraichissement assis dans l’eau. Je ne mettrai les cannes qu’en fin d’après-midi ou début de soirée là où s’orientent les chances les plus positives de capture. Et puis je suis épuisé ! Les trois cannes seront disposées dans des distances autour de 120m, qui correspond d’une part à des profondeurs de 4m à 5.50 m et qui dépasse d’autre part, la pointe délimitant un passage. Selon les conditions chaude, et selon moi d’un côté stratégique, c’est ici que se presente les meilleures chances ! Les trois cannes toutes clipées entre 32 et 34 longueurs. Une Waffers peach/cream 15mm sur combi link kamo 20LBS et krank taille 6 sur deux cannes. La troisième présente une fois encore, le hinged stiff rig.sur hameçons shoddy 6, d’une flottante 15mm milky toffee. Les trois esches trempées et imbibées dans le Goo wonder berry blanc depuis des semaines. Le touchdown 10LBS avec une arrache 50LBS finalisera la possibilité d’atteindre de grosse distance.

Rien ne se passe durant cette grande partie de nuit. Quand, non loin du soleil levant, à 5h30 une touche lente et discrète se produit sur la canne de gauche. Apres de multiples essais à se réfugier dans le passage de gauche, ou la bordure de la pointe sur la gauche. J’épuise une épaisse miroir de 23kg ! J’appelle Peter, un pêcheur hollandais, pratiquant non loin de moi ,à faire quelques photos. La plupart dans l’eau sous un soleil levant et un superbe poisson ! Magique !

Une autre touche, sur la canne de droite cette fois ! Il est 9h30 et il s’agit du fameux montage Hinged Stiff monté en hélicoptère et Heli Safe (Korda). Cette canne placée sur une zone vaseuse et profonde me rapporte une longue miroir torpedo dans les 11/12 kg. Super ! La journée se passe, toujours aussi brûlante, et je disperse un dernier rappel vers 16h. Les cannes relancées vers 18h/19h et l’attente relancée.

Deux autres miroir se font prendre sur la canne du centre à son tour. Au même poids de 14.5 kg à minuit et 2h30 du matin. Il est bientôt 5h30 du matin et je commence la sorti de mon matériel en vu de rentrer chez moi « à la fraiche ». Le tempest est déplié et prêt à être rangé, quand tout à coup, une touche soudaine se produit sur la canne de gauche !

De longues minutes se passent et la carpe refuse toujours de s’approcher ! je la décolle enfin et la fais passer au fur et à mesure, la cassure de la pointe. Avant qu’elle décide maintenant de me soustraire aux latéraux !

Je peut désormais, et non sans mal , l’apercevoir. Et enfin après trois refus, je l’emmaillote dans l’épuisette.
Peter vient à la rescousse et immortalise cette miroir massive de 26.5 kg ! Génial !
Rarement je n’ai été ravi de prendre un bain matinal qui plus est , avec une carpe dans son élément
Tout ceci appréciable avant de reprendre hâtivement le rangement !..et d’éviter ainsi les hautes chaleurs du jour. Dieu merci !

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE