24.09.14

Tentations...

Par Romuald Laurent.

Un soir de traque aux carnassiers, au beau milieu d’un lac sauvage, la morphologie du secteur m’interpelle et rend mon sens de l’observation plus assidu.
La surface de l’eau laisse apercevoir une petite activité de poissons blancs, quand soudain mon regard se pose sur le marsouinage d’une jolie miroir .
Assister à ces comportements de nos chers cyprinidés est un moment précieux et rare.
Je me suis posé quelques instants sur un rocher pour aprécier le merveilleux spectacle : marsouinage suivi de belles fouilles, sauts aux abords des obstacles...
J’ai repris mon chemin avec une seule idée en tête, revenir tendre mes lignes en ces lieux au plus vite.
Ce secteur du lac est très encombré de roches, d’anciens murs, de bois noyés. Mais j’apprécie cet aspect sauvage.
Une semaine plus tard je me retrouve sur la zone repérée.
L’installation aurait été compliquée si le niveau du n’ avait pas baissé entre temps.
Les wadders étaient toutefois nécessaires pour aborder cette zone. Quel bonheur de pêcher au beau milieu d’un lieu préservé.
J’ai procédé à quelques repérages sur la nature du fond grâce au prodding stick gentiment prêter par mon ami Rob. L’essayer c’est l’adopter !
Ce bâton en aluminium permet de sonder sa zone de pêche avec précision et de connaître parfaitement le substrat ou l’on va des déposer nos montages , ce qui se révèle souvent déterminant.
La nature du fond est vraiment très complexe, il est donc important après avoir repéré son spot de faire des réglages de distance. Les distances stick sont de rigueur sur ces endroits encombrés.
Je n’avais pas amorcé mon spot à l’avance. Je partais un peu à l’aventure.
J’ai tendu mes lignes. Je n’ai pas utilisé de sticks afin d’éviter les poissons blancs. En revanche pour attirer les poissons vers mon esche, j’ai opté pour un PVA Total Dissolve String, accompagné par quelques bouillettes déposées à l’aide de l’easy-stick.
Une fois les Stows clippés, la pêche proprement dîte peut commencer alors qu’ une ambiance bien particulière règne sur ces lieux.
Sans sommation, la canne de droite se plie très violemment, c’est un départ surpuissant et un combat vraiment musclé s’engage. Il est très difficile d’arrêter le poisson.
Inquiet, je sens des à coups dans ma ligne, mais je fais entièrement confiance au Sublime de 35/100 pour m’assurer une bonne résistance.
Le combat dure, le poisson est vraiment puissant.
Il utilise ses dernières forces sur la bordure et lors d’un énième rush, la belle se décroche juste devant mon l’épuisette.
Je ne vous cache pas ma déception. Cela représente toujours un échec de perdre un joli poisson.
Sans attendre, je replace ma ligne, clippée à la bonne distance grâce aux « distance sticks ».
L’attente ne fut pas longue avant d’enregistrer une nouvelle touche violente cette fois –ci sur la canne du milieu .
Sans hésitation j’ai réagit et mon binôme et moi sommes montés dans le bateau pour aller combattre le poisson en pleine eau.
Après un départ chaotique, comme on les aime, on est arrivé à glisser une jolie miroir avec de belles couleurs dans notre filet.
Nous étions aux anges et ce poisson capturé sur ce lieu vierge suffisait à nous remplir de bonheur.
Sur cette même canne, nous avons enregistré une nouvelle touche, mais le poisson s’est décroché en raison des nombreux obstacles qui jonchaient le fond du lac. .
Malgré ces deux décroches, nous avons pu évaluer le potentiel de ce poste.
A l’aide des produits Cygnet, nous avons rapidement ciblé notre stratégie et pêcher précis.
Cette miroir n’était certes pas un monstre mais elle était jolie et le poids importe peu dans ces circonstances.
Cette expérience m’a donné envie de retourner sur ce lieu magique.

Salutations halieutiques

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE