07.03.14

Un hiver déroutant

par Romuald Laurent

Nous vivons un hiver bien étrange, en fin d’année, nous avons vu arriver la neige soudainement, et depuis l’hiver ne s’est jamais installé dans nos terroirs.
On assiste à de nombreuses variations météo, de la pluie aux nuits claires et froides, à des journées très douces, ainsi on peut apercevoir en plein mois de janvier des papillons : le temps nous fait bien des caprices en ce moment.
Malgré ces divers phénomènes, la température de l’eau reste assez froide, ne dépassant pas les 6°C en général ; on peut donc penser à une faible activité des poissons.

A force d’observations, grâce aux journées qui s’allongent, les carpes montrent des signes d’activités.
Après trois soirs consécutifs à rester scruter le moindre mouvement, j’ai pu déterminer la présence avec certitude de poissons sur deux zones de ce plan d’eau.
Je sais très bien que je n’aurai pas beaucoup de temps de pêche, quelques heures au plus, l’efficacité doit donc être au rendez-vous, si je veux caresser l’espoir de voir une jolie dame dans mes filets.
Mon emploi du temps serré, ne me laisse que peu de temps pour exploiter au mieux ma pêche.
Je ne pourrai amorcer à l’avance qu’une seule fois et c’est mon ami Franck sans qui beaucoup de mes pêches ne verraient pas le jour qui se chargera de cette « corvée ».
Le jour J, le temps est menaçant, le vent vient fouetter nos visages nous rappelant bien que l’hiver n’est pas fini.
Nous n’avons que 3 heures devant nous, ce qui est peu, surtout en cette période de l’année, mais quel plaisir de tendre les cannes, de retrouver ces odeurs si particulières que l’on trouve sur les rives de nos plans d’eau, lacs et rivières…
Dans une nature intacte et préservée, on s’installe rapidement, 2 de mes cannes pêcheront la pleine eau et une sera posée au milieu des obstacles, sur une zone de tenue des carpes, espérant déclencher l’appétit de celles-ci.
Tout est pris au sérieux pour mettre toutes les chances de notre côté.
Je me suis chargé au préalable de la confection du stick-mix qui, est en cette période souvent un élément déterminant de déclencheur de touche.
Le GOO rentre dans la composition du stick-mix pour décupler l’attraction des différentes particules, son pouvoir enrobant permet une bonne répartition sur les divers ingrédients employés.
Cela fait 1 heure que nos esches sont dans l’eau…2 bips sur la canne de droite, celle des obstacles, après un temps d’hésitation, je saisis la canne et prend contact mais mais ligne se retrouve très vite souchée . On arrive à l’aplomb juste au-dessus de ma ligne et après plusieurs essais, j’arrive à dégager ma canne, et là…Fish, mais c’est une jolie brème qui s’est jouée de moi.
Au vue des nombreux obstacles, je décide de repositionner ma canne mais en changeant mon lead-clip pour un hybrid-clip afin d’assurer la libération du plomb si il croise de nouveau un obstacle, en cas de touche.
A peine de retour, la canne en pleine eau s’emballe avec force ; un départ surprenant. Le combat s’engage avec un poisson puissant qui lutte à l’autre bout, je ressens chaque accélération, elle déploie une énergie étonnante. Le poisson s’empresse de filer vers des obstacles et je sens les frottements des bois noyés. Jn ne lâche rien et je reste attentif à chacun de ses mouvements. Après quelques minutes, cette jolie miroir vient s’échouer dans mes filets. Que du bonheur…
Malgré le froid, nos sourires sont bien là, ravis de ce poisson car on sait très bien que chaque poisson d’hiver est une victoire.
On replace les lignes correctement, en espérant bien sur une autre touche.
La pluie vient momentanément gâcher la fête, à notre grand désespoir, mais elle fut vite chassée par un vent soutenu.
De nouveau la canne de droite attire mon attention, 1 seul bip, je la saisis et au contact le poisson se retrouve de nouveau dans les obstacles, mais la ligne se libère sous la tension du Sublime, et là ce n’est pas une brème mais une autre miroir qui viendra se glisser quelques minutes plus tard sur mon tapis.
L’hybrid clip a fait son job, sans oublier le Kontinental qui n’a pas sourcillé un seul instant malgré un combat au milieu des obstacles.
Les dernières lueurs du jour ne donneront plus de touches, la lumière descend rapidement nous laissant juste le temps de plier nos cannes.
Au bord de l’eau, le monde est différent…Ces moments sont précieux…

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE