26.09.13

Un jeudi au soleil

Par Antoine Marchant

Profitant du jeudi 15 août, j'ai décidé d'aller pêcher dans un petit canal situé en pleine ville. Le cadre est enchanteur et peu pêché. Après plus d'un kilomètre de marche, avec ma carp porter, sans voir de carpe, j'arrive enfin à l'endroit désiré. Les herbiers sont très denses et les carpes y sont nombreuses. A cet endroit l'eau est cristalline, ce qui facilite le repérage. Je jette aussitôt du pain et les poissons arrivent assez rapidement, tournent en rond et saisissent les bouts de pain. Je prépare une première canne que je place en bordure sur un endroit propre. Mon montage est constitué d'un long mètre de Kable, suivi d'un Square Pear puis de N-trap soft en 30lbs et d'un Kontinental taille 8 à cause des herbiers. 
Les poissons continuent à se nourrir des bouts de pain. Il est temps de préparer mon montage pour pêcher en surface. J'utilise le flotteur Kruiser avec un bas de ligne en Kruiser Kontrol en 12lbs qui a l'avantage d'être flottant, terminé par un Wide Gape 8 et esché d'un bout de pain. Aussitôt mon montage lancé, les carpes changent de comportement, l'eau étant si claire qu'elles sont méfiantes. Je relance du pain pour les mettre en confiance, les carpes tournent en rond sans s'en saisir mais je remarque qu'elles se saisissent des bouts de pains qui ont dérivé. Je décide alors de lancer seul mon montage à l'écart, quelques minutes après, le morceau de pain est saisi, mais malheureusement mon ferrage est loupé. Trente minutes plus tard, une carpe se saisit du montage, cette fois ci c'est la bonne! Après un gros combat, et plusieurs tankages, une jolie petite carpe bien jaune, fini dans l'épuisette.

Le soleil tape fort et il y a peu de vent. Les poissons restent statiques dans les herbiers. Je longe le canal pour essayer de trouver des poissons actifs et me rapproche d'une tache de nénuphars. Je constate que l'eau est légèrement troublée et j'y observe sept carpes en train de fouiller. Je lance quelques bouillettes blanches et retourne sur mon poste pour alors changer de place. Quinze minutes plus tard me voilà sur le nouveau poste, les poissons sont encore présents et ont mangé mes bouillettes. Je prépare deux cannes que je lance en limite d'herbiers, eschés d'un appât équilibré et une autre avec un zig rig esché d'un morceau de mousse blanche, quand à ma dernière canne elle est eschée d'une bouillette et d'une flottante imbibée de Goo Almond. En cette journée fériée, il y a de nombreux touristes et ils semblent tous attirés par cette tache de nénuphars ce qui, hélas, a pour effet de faire fuir les poissons repérés en cours d'après midi. Plus tard, ma canne au zig démarre: il y a un gros banc de brèmes et l'une d'entre elles s'est harponnée par la queue ce qui engage entre nous un drôle de combat! Quant aux carpes, elles semblent avoir déserté la zone, il fait très chaud et je n'ai pas d'ombre. Je décide alors de commencer à remballer mon matériel et je vois une petite commune qui sort des nénuphars, elle mange mon amorçage, à ce moment là, il ne me reste qu'une canne à l'eau quand je vois en direct la carpe saisir mon montage. Sensation garantie! Le combat est rude malgré sa taille. Elle essaie à de nombreuses reprises d'aller dans les nénuphars. Je mets une petite commune bien jaune au tapis, c'est ainsi que ma journée s'achève.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE