02.01.14

Une dernière pour 2013...

C'est une tradition : dans les derniers jours de l'année j'aime tenter ma chance et essayer de piquer un ou deux poissons, quelle que soit leur taille.

Ma préférence va toujours aux eaux publiques libres et si possible spacieuses, c'est pourquoi je décide de préamorcer un poste que je connais bien sur un lac de barrage. Prendre un poisson en hiver y est bien plus aléatoire qu'en plan d'eau, mais la saveur de chaque prise y est incomparable. En arrivant sur place, le constat est hélas celui que je fais de plus en plus souvent en hiver : il n'y a pas d'eau sur le coup ! Le niveau est à -18 mètres, rendant l'installation trop aléatoire (je sais, je vieillis !).
je suis donc obligé de me rabattre sur un plan d'eau où nage une bonne densité de carpes, avec un poids moyen très faible. Habituellement un lieu idéal pour pêcher au quiver/feeder !
Mais qu'importe ! L'envie de tremper le fil et d'entendre chanter un delkim est la plus forte, et je n'ai pas d'autre choix. J'amorce donc légèrement avec des appâts épicés et du maïs doux, en prévision du lendemain. Le plan d'eau est totalement désert, c'est déjà ça. J'en profiterai pour sortir mon jeu de "petites" cannes de 11 pieds pour 2lbs3/4, un régal de sensations en perspectives ! Pourvu bien sûr que les belles soient mordeuses...

En arrivant sur le poste le lendemain vers midi je constate qu'un fort vent du nord balaye le lac. Le parapluie devient un "paravent" et me permet de profiter un peu du soleil à l'abri des bourrasques. Malgré cela, je sens bien que ce n'est pas un jour rêvé pour la pêche. Pas un bip, aucun signe d'activité. Ca ne sent pas le mucus aujourd'hui... Les montages sont délaissés ! Je plie en début de soirée sans avoir vu une écaille, mais avec quelques beaux clichés sur la carte du nikon.
Bien décidé à revenir quelques heures le lendemain, je ne réamorce pas pour autant, vu l'inactivité des poissons cela ne servirait à rien.

Le lendemain l'ambiance est différente : le soleil est toujours présent, mais le vent est très faible et surtout il souffle dans le sens inverse. La température est montée de 6 degrés par rapport à la veille ! Je lance donc quelques spods de bouillettes coupées et de maïs doux, puis je dispose mes trois cannes équipées de montages différents. J'aime ne pas mettre tous mes œufs dans le même panier, car on ne sait jamais à l'avance ce qui marchera le mieux. Une canne reçoit un blow-back rig avec un bonhomme de neige de bouillettes épicées, la seconde du maïs artificiel korda, et la troisième une bouillette équilibrée grâce à du liège et à la vrille "bait drill". Les trois montages sont agrémentés d'un stick de bouillette "krushée" assez finement.

Au bout d'une heure le premier départ se produit sur la canne équipée de la bouillette équilibrée. C'ets assez logique compte tenu du préamorçage qui a permis aux résidentes du lac de goûter à mes friandises épicées... C'est une petite miroir combative qui arrive dans l'épuisette, et malgré sa taille elle est la bienvenue fin décembre !

Dans les 4 heures qui suivront, j'enregistrerai 4 autres départs pour autant d'arrivées... Mais cette fois c'est le maïs artificiel qui fera la différence, prouvant ainsi une nouvelle fois sa redoutable efficacité en eaux froides. La dernière prise sera d'ailleurs la plus petite de l'année, mais cela n'a aucune importance !



A bientôt pour les premières carpes de 2014 ...

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE