20.11.14

Une nuit sous la pluie

Par Romuald Bayon.

L'automne est une saison où tout peut aller très vite pour faire sonner les Delkim. Les poissons ressentent un besoin énergétique bien plus fort comparé aux autres mois de l'année. Plus friand et chipotant un peu moins pour se faire piquer sur nos esches, c'est le moment d'y aller " franco" à la bouillette pure et tapisser une bonne surface pour faire rentrer le maximum de fish sur la zone. A condition bien évidement d'être certain que des poissons rodent sur le spot à pêcher. Auquel cas, les appâts sur le fond dépériraient sans la moindre succion et les détecteurs resteraient muet comme des carpes, il en va de soit.

Après avoir observé pas mal d'activités sur un secteur paisible du plan d'eau, fort intéressant à pêcher, avec un pointe au fond dur et deux autres possibilité de tendre sur la berge d'en face, les sardines de mon biwi ne tarda pas à encrer le sol et à confirmer mon choix pour ce poste. Je ne me pose pas la question pour savoir où vont être déposés mes montages tellement les spots en question ont l'air attrayant. L'après midi étant bien entamé, les jours raccourcissant de plus en plus, il est tant pour moi de passer la seconde et entrer en action. Mon montage passe partout accompagné de quelques kilos de Banoffee nappés avec le dip pour partir sur des bases solides me va très bien pour cette nuit qui s'annonce pour le moins humide au vu du ciel bien chargé. Paré côté montage, avec mes bas de lignes préparés en nombre dans la boite "Rig safe", paré également avec ma veste Trakker pour affronter la pluie, paré tout court, il y a plus qu'à ……

Bingo, petit départ sous la pluie sur les coups de 23h, les hostilités commencent bien et ce n'est que le début. A peine le temps de relâcher un premier poisson de petite taille mais bien combatif qu'un second run se fait attendre. Frein serré pour ne pas donner l'opportunité au poisson de se réfugier dans les branches qui longent la berge d'en face, tous les combats s'enchainent à merveille avec 100% de réussite. Je prends un court instant pour regarder l'heure sur mon portable qui m'annonce 2h du matin. Le temps défile à une vitesse que je n'ai toujours pas eu l'occasion de rejoindre mon bedchair tellement les touches sont régulières et toujours sous la pluie. Cette zone paisible décelait une bonne quantité de petits poissons qui se trouvaient rassemblés ici à l'abri d'un vent frais qui balayait le reste du plan d'eau. Pour avoir déjà vécu cette situation, je sais que cela ne durera pas une fois le spot bien remué et qu'il faut en profiter un max jusqu'au petit matin. C'est chose faite avec les derniers runs d'une longue série qui rejoindront le retention sling au petit matin pour immortaliser sous format photo une multitude de variétés allant de la commune toute en longueur à la miroir plus trapue …

Bref un éventail qui démontre bien une certaine cohabitation entre les différentes variétés d'un même gabarit. Le rappel de bouillettes nappés méticuleusement bien avant chaque séquence d'amorçage pour faire en sorte que les appâts imbibent le produit au cœur de l'appât m'aide à tenir les poissons jusqu'au petit matin. La capuche, les manches trempées que l'on a bien souvent pas le temps de remettre après chaque run et un peu exténué aussi il faut le dire me donne à l'aube un peu la chair de poule. Un petit thé vanille avec sa petite touche de lait, un clin d'œil à mon pote Pierre, me revigorera pour les clichés annonçant un calme plat pour la suite de la journée, la furie était passée. Une autre stratégie allait se mettre en place pour les nuits suivantes, plus longue, plus hasardeuse mais au combien généreuse avec la prise de deux magnifiques poisson d'un gabarit plus imposant.

Une session racontée plus haut avec de nombreuses touches qui prendra une autre tournure par la suite avec une approche totalement différente. Ceci est une autre histoire, mais en attendant je ne suis pas près d'oublier non plus en ce mois d'octobre, cette nuit sous la pluie.

Archives newsARCHIVES NEWS

ARCHIVE